En France

01 novembre 2019 10:16; Act: 02.11.2019 13:59 Print

En arrêt maladie pour participer à «Koh Lanta»

Une fonctionnaire a été révoquée par sa direction après avoir profité d'un arrêt maladie pour participer au tournage du jeu de «TF1».

Sur ce sujet
Une faute?

Elle a «apparemment su trouver des médecins pour lui prescrire des arrêts maladie lui interdisant de travailler, mais sans que cela lui interdise de pratiquer par ailleurs des activités physiques intenses». La communauté urbaine Clermont Auvergne Métropole, en Auvergne, a sanctionné une de ses fonctionnaires pour avoir profité de ses congés maladies pour participer à «Koh Lanta», sur TF1, rapporte le Républicain lorrain.

Carole, candidate de la saison 15 de l'émission en 2016 et maître-nageur dans le civil, a dans un premier temps été révoquée en 2017, une sanction très lourde dans la fonction publique. Une punition que le conseil de discipline de la région a transformé en exclusion temporaire de 2 ans, dont 1 an avec sursis. Insuffisant pour Clermont Auvergne Métropole, qui a demandé au tribunal administratif l'annulation de cette décision. Ce que le tribunal a accordé cet été, entraînant à nouveau la révocation de la fonctionnaire.

Collègues énervés

Il faut dire que de voir leur collègue sensée être malade passer à la télé depuis la Thaïlande a passablement énervé les autres fonctionnaires, qui ont ressenti «un sentiment d'injustice», note la cour. Des collègues qui étaient d'ailleurs sollicités pour travailler à la place de Carole, en partie payée pendant son congé maladie.

Les proches de Carole justifient toutefois son arrêt maladie, note le magazine Capital. Selon eux, elle ne pouvait pas travailler parce qu'elle était en contact avec le chlore à la piscine de Clermont-Ferrand. Elle passait le casting de «Koh Lanta» tous les ans depuis une dizaine d'années. L'ancienne candidate, et ancienne maître-nageur, reconnait «qu'elle a commis une faute», mais envisage encore de faire appel de sa révocation auprès du tribunal administratif.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Christian Bellucci le 03.11.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable dans le privé c’est la porte directe et cette dame ose encore faire appel? Ma fois de qui se moque t’on?

  • Fred le 02.11.2019 23:28 Report dénoncer ce commentaire

    Elle mérite la sanction et même devrait perdre ses droits à la retraite. Elle a fraudé et en quelque sorte volé l'administration.

  • Mac.Murphy le 04.11.2019 06:48 Report dénoncer ce commentaire

    La seule difference entre ell et les autres,c'est qu'elle s'est fait attraper!

Les derniers commentaires

  • Mac.Murphy le 04.11.2019 06:48 Report dénoncer ce commentaire

    La seule difference entre ell et les autres,c'est qu'elle s'est fait attraper!

  • Christian Bellucci le 03.11.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable dans le privé c’est la porte directe et cette dame ose encore faire appel? Ma fois de qui se moque t’on?

  • Fred le 02.11.2019 23:28 Report dénoncer ce commentaire

    Elle mérite la sanction et même devrait perdre ses droits à la retraite. Elle a fraudé et en quelque sorte volé l'administration.