En France

19 novembre 2018 10:04; Act: 19.11.2018 10:32 Print

Enfance maltraitée: un site web pour donner l'alerte

À qui s'adresser lorsqu'on soupçonne qu'un enfant dans son entourage est victime de maltraitance? Une association lance un site Internet recensant les institutions et personnes susceptibles d'intervenir.

Sur ce sujet
Une faute?

Sur le site www.alerterPourSauver.org, les internautes pourront "identifier un interlocuteur de proximité pour agir au mieux lorsqu'un enfant est en danger", explique l'association L'Enfant bleu, qui souligne que "60% des personnes soupçonnant des maltraitances dans leur entourage n'agissent pas, faute d'informations sur la conduite à suivre". Ce portail Internet, lancé mardi à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, viendra en complément du 119, le numéro gratuit "Allo Enfance en danger", explique à l'AFP Laura Morin, la directrice de L'Enfant Bleu.

En entrant sa ville de résidence ou en se géolocalisant, l'utilisateur obtiendra les coordonnées d'une association près de chez lui, et/ou de la Cellule de recueil des informations préoccupantes (Crip) de son département. "Nous voulons vraiment briser le silence car c'est ce qui fait le plus de tort aux enfants", a dit Mme Morin. "Ce qui revient très souvent dans les témoignages que nous recueillons, c'est que dans l'entourage de l'enfant victime, il y a souvent quelqu'un qui savait mais qui n'a rien dit".

Les témoins sont parfois réticents à parler car ils peuvent avoir "l'impression que cela ne les regarde pas". Pourtant, "fermer les yeux, c'est laisser un enfant dans l'enfer de la maltraitance. Et de toute façon, se taire c'est répréhensible", a ajouté Mme Morin. Selon l'association, deux enfants décèdent chaque jour en France de maltraitance. Les responsables du numéro gratuit 119, de leur côté, rapportent avoir reçu près de 470 000 appels en 2016, dont près de 33 000 ont donné lieu à un traitement, soit environ 90 par jour.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • justice le 19.11.2018 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    oui pour maltraitance et maintenant il veule une loi anti-fessée ,ok mais lorsque mes enfants feront des betises je fais quoi moi si mes enfants continus leur acte ! attaqué la justice devant les tribunaux pour non assistance aux parents!

  • Parent le 19.11.2018 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je cite : "À qui s'adresser lorsqu'on soupçonne qu'un enfant dans son entourage est victime de maltraitance? ". Heu ben disons je ne sais pas... la police par exemple... Ce sera toujours mieux qu'une association en recherche de moyen pour financer les salaires de ses cadres. Et vous savez quoi? Les policiers ne vont pas vous manger, ils peuvent même simplement vous renseigner si besoin.

  • Josée le 19.11.2018 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    J'appellerais la police immédiatement et je viendrais en aide à l'enfant. Jamais je ne laisserais un enfant sans aide, quoiqu'il arrive, s' il y a une chose que je ne peux pas supporter, c'est bien la violence sur les enfants.!!

Les derniers commentaires

  • Josée le 19.11.2018 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    J'appellerais la police immédiatement et je viendrais en aide à l'enfant. Jamais je ne laisserais un enfant sans aide, quoiqu'il arrive, s' il y a une chose que je ne peux pas supporter, c'est bien la violence sur les enfants.!!

  • Parent le 19.11.2018 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je cite : "À qui s'adresser lorsqu'on soupçonne qu'un enfant dans son entourage est victime de maltraitance? ". Heu ben disons je ne sais pas... la police par exemple... Ce sera toujours mieux qu'une association en recherche de moyen pour financer les salaires de ses cadres. Et vous savez quoi? Les policiers ne vont pas vous manger, ils peuvent même simplement vous renseigner si besoin.

  • justice le 19.11.2018 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    oui pour maltraitance et maintenant il veule une loi anti-fessée ,ok mais lorsque mes enfants feront des betises je fais quoi moi si mes enfants continus leur acte ! attaqué la justice devant les tribunaux pour non assistance aux parents!