Drame en France

31 janvier 2019 16:34; Act: 31.01.2019 16:40 Print

«Évitez de mourir bêtement pour un fou rire»

Une femme s'est confiée après le décès par asphyxie de son fils de 19 ans, qui avait inhalé du gaz hilarant, par jeu.

storybild

Le gaz hilarant peut être mortel. (Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous souffrons 24 heures sur 24 depuis qu'il est parti». C'est le cri du cœur d'une maman qui s'est confiée à «Closer», mercredi. Cette Française a décidé de témoigner pour mettre en garde contre l'usage festif du gaz hilarant. Son fils cadet, âgé de 19 ans, est décédé le 5 mai 2018, après en avoir inhalé à deux reprises.

Au moment des faits, les parents passaient une semaine aux Baléares. Leur plus jeune fils, Yohan, était resté à la maison. C'est un gendarme qui leur a appris que le jeune homme était décédé d'un arrêt cardiaque. En cause: le protoxyde d'azote ou gaz hilarant. Ce produit est pourtant en vente libre en France, mais est détourné de son usage par les jeunes. Le soir de sa mort, Yohan avait invité des amis. «Ils ont inhalé du gaz hilarant qu'ils avaient transvasé dans des ballons de baudruche», raconte la mère de famille. «Notre fils en a pris à deux reprises en une demi-heure. La seconde fois, il est tombé». Malgré une tentative de réanimation par ses amis, puis par les ambulanciers, le jeune homme n'a pas survécu.

Troisième drogue la plus utilisée

Lors de l'autopsie, aucune trace de drogue ni d'alcool n'a été détectée, le gaz hilarant ne laissant pas de trace. Mais cela reste une substance dangereuse qui peut provoquer un manque d'oxygène et entraîner la mort par asphyxie, rappelle «Closer». Une récente étude relève d'ailleurs que le gaz hilarant est la troisième drogue la plus utilisée par les étudiants, en France.

Cette mère en deuil en a désormais fait son combat. «Une partie de nous est morte avec Yohan.» Et de marteler: «Comment expliquer que cette substance toxique soit partout en vente libre, sans même une indication claire sur les bouteilles du risque mortel. Depuis le décès de Yohan, un adolescent de 14 ans a perdu la vie dans le même village après avoir inhalé ce gaz. «Évitez de mourir aussi bêtement pour trois minutes de fou rire», conclut cette maman.

(L'essentiel/cbx)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • DamnBro le 01.02.2019 09:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le protoxyde d'azote est le meme gaz utilisé dans les hopitaux pour endormir les patients. Est-ce vraiment mortel ? Il n'avait rien prit a coté?

  • cloclo le 31.01.2019 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    celà me donne des frissons. quelle horreur. pourquoi vendre de tels produits qui soit disant provoquent le rire...au final c.est la mort au rendez vous.pauvres parents c.est trop triste.

  • Paul B le 31.01.2019 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut médiatiser ces drames pour ne plus que ça se reproduise. Le silence joue en la faveur des ces situations chaotiques

Les derniers commentaires

  • DamnBro le 01.02.2019 09:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le protoxyde d'azote est le meme gaz utilisé dans les hopitaux pour endormir les patients. Est-ce vraiment mortel ? Il n'avait rien prit a coté?

  • Paul B le 31.01.2019 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut médiatiser ces drames pour ne plus que ça se reproduise. Le silence joue en la faveur des ces situations chaotiques

  • cloclo le 31.01.2019 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    celà me donne des frissons. quelle horreur. pourquoi vendre de tels produits qui soit disant provoquent le rire...au final c.est la mort au rendez vous.pauvres parents c.est trop triste.

    • Responsabilité personnelle le 31.01.2019 23:46 Report dénoncer ce commentaire

      Le produit est détourné de son usage ! La faute est à ceux qui ne savent plus quoi inventer pour faire les idiots.

  • patate le 31.01.2019 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    Le gas-hilarant est un autre gas que celui dans les balons et celui utilisé pour faire rire. Le gas pour la voix de Mickey Mouse est l'hélium, gas noble qui ne fait pas de réaction en circonstances normales (mais une surconsommation peut également être mortel (comme on a besoin d'O2 et pas de He)

  • patate le 31.01.2019 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    "Comment expliquer que cette substance toxique soit partout en vente libre, sans même une indication claire sur les bouteilles du risque mortel" Le carburant est également en libre vente. Je ne vois pas de panneau qui indiquent de ne pas boire du gasoil. Pareil pour le sel ou la sauce soya: Une surconsommation tant de sel que de sauce soya est mortel ou, du moins, très dangereuse