Attentat de Strasbourg

17 décembre 2018 19:28; Act: 18.12.2018 10:11 Print

Ex de «The Voice», il pleure la mort de son ami

Luc Arbogast, candidat emblématique de la deuxième saison du télé-crochet, était un proche de Bartek, journaliste de 36 ans abattu mardi soir, à Strasbourg.

Sur ce sujet
Une faute?

Barto Pedro Orent-Niedzielski, alias Bartek, est la cinquième victime de l'attentat de Strasbourg. Ce Strasbourgeois de 36 ans, originaire de Katowice en Pologne, était notamment responsable d'animations au sein d'un festival européen de bande dessinée et couvrait comme journaliste les sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg.

Musicien, Bartek était un ami proche de Luc Arbogast, candidat emblématique de la deuxième saison de l'émission «The Voice». Après l'attentat de mardi soir, le chanteur a partagé sa profonde tristesse sur les réseaux sociaux: «Priez avec moi s'il vous plait, pour mon ami Bart, pris pour cible à Strasbourg, actuellement en mort cérébrale, un mec magique, généreux et qui ne mérite pas de mourir a son âge», a publié Luc Arbogast, vendredi, sur son compte Instagram.

Samedi, puis dimanche, le musicien a dit adieu à son ami. «Voilà mon Bart. Tu es parti... Tu restes dans mon cœur à jamais», a-t-il écrit sur un fond noir.

Effondré, l'ex-candidat de l'émission de TF1 a annoncé qu'il allait prendre ses distances avec les réseaux sociaux pour quelque temps. «Un temps utile à comprendre certaines choses, porter le deuil, chercher dans ma mémoire les moments lumière qui ont forgé ma vie, au contact de certains anges humains, partis trop tôt. Ce soir, je suis chagrin, demain, je serai colère», a-t-il confié.

Présent devant le bar «Les Savons d'Hélène» mardi soir, Bartek était avec son ami italien Antonio Megalizzi, 28 ans, décédé vendredi, et d'autres amis. Selon des proches, ils se seraient interposés pour empêcher Chérif Chekatt de pénétrer dans le bar. Cet habitant de Strasbourg depuis vingt ans avait pour rêve «d'ouvrir une auberge linguistique à Strasbourg», a indiqué dimanche, un ami proche de ce passionné des langues et autres cultures.

«Très investi dans des associations artistiques et solidaires», il était «toujours souriant, accueillant, ouvert aux autres, prompt à la discussion», a décrit un ancien camarade de lycée. Il était notamment responsable des animations du festival européen de la bande dessinée «Strasbulles».

(L'essentiel/joc/afp)