En France

24 mai 2019 18:19; Act: 24.05.2019 21:12 Print

Le bilan grimpe après l'explosion à Lyon

Une explosion est survenue, vendredi vers 18h, dans la rue Victor-Hugo à Lyon. Un homme aurait déposé un colis et se serait enfui à vélo.

Sur ce sujet
Une faute?

L'explosion d'un colis piégé dans une rue très fréquentée de Lyon vendredi après-midi, qualifiée d'«attaque» par le président Emmanuel Macron, a fait une dizaine de blessés légers à deux jours des élections européennes.

La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé s'être saisie de l'enquête et que le procureur de Paris, Rémy Heitz, se rendait sur les lieux. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est également attendu à Lyon.

Vis, clous ou boulons

Ce sac ou colis qui contenait des vis, clous ou boulons selon des sources policières, a été déposé devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, une artère piétonne et commerçante proche de la place Bellecour au cœur de la ville, actuellement en travaux. Un homme d'une trentaine d'années, circulant sur un VTT noir et aperçu à proximité des lieux au moment des faits, est recherché par la police, selon une source proche du dossier. Aucune piste n'est privilégiée à ce stade quant à son profil et ses motivations.

Ce suspect a été filmé par les caméras de vidéosurveillance de la ville, selon le maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier. D'après un dernier bilan fourni de source proche du dossier, 13 personnes ont été touchées par l'explosion, dont 11 hospitalisées. Toutes ne sont blessées que légèrement, dont une petite fille de huit ans, d'après M. Broliquier.

«Un grand boum»

La rue a été rapidement évacuée et bouclée par les forces de l'ordre. Le périmètre de sécurité a été élargi dans un second temps à la place Bellecour après la découverte de deux sacs dans un square d'enfants, pour lesquels une levée de doute a été effectuée par les démineurs. Le ministère de l'Intérieur a parallèlement décidé de renforcer la sécurité des sites accueillant du public et des événements sportifs, culturels et cultuels.

«Ça a explosé et j'ai cru que c'était un accident de voiture (...) Il y avait des bouts de fils électriques autour de moi, des piles et des bouts de carton et de plastique. Les vitres étaient explosées», a témoigné Eva, une lycéenne de 17 ans encore sous le coup de l'émotion, qui se trouvait à 15 mètres du lieu de l'explosion.

«J'étais en train de travailler, de servir les gens, et d'un coup on entend un grand boum. Du coup, on descend voir pour voir ce que c'était. On pensait que c'était par rapport aux travaux. Mais en fait c'était un colis abandonné», a ajouté Omar Ghezza, boulanger dans un commerce voisin.

Lors d'une interview avec un Youtubeur à propos de ces élections, Emmanuel Macron a déclaré qu'il y avait «eu une attaque à Lyon (...) il ne m'appartient pas d'en faire le bilan, mais a priori, aujourd'hui, à ce stade, il n'y a pas de victime. Il y a des blessés, donc je veux avoir évidemment une pensée pour les blessés, leurs familles».

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annulé sa participation au dernier meeting de campagne de la majorité prévu à Paris. «Toute la lumière devra être faite sur les circonstances de cet attentat terroriste», a déclaré Marine Le Pen. «Une nouvelle attaque ignoble sur notre sol qui rappelle la menace qui pèse sur le quotidien des Français et notre modèle démocratique», a réagi Nicolas Dupont-Aignan.

Le pays n'avait plus connu d'attaque au colis piégé depuis décembre 2007, lorsqu'une explosion dans un cabinet d'avocats - dont les raisons sont à ce jour restées inexpliquées - avait fait un mort et un blessé.

Plus d'infos à suivre

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marco le 24.05.2019 22:36 Report dénoncer ce commentaire

    Et à la fin on découvrira que l'auteur était encore un fIche S !!!!!!!!!

Les derniers commentaires

  • Marco le 24.05.2019 22:36 Report dénoncer ce commentaire

    Et à la fin on découvrira que l'auteur était encore un fIche S !!!!!!!!!