Migrants en France

14 octobre 2021 08:43; Act: 14.10.2021 09:29 Print

Fauchés par un train par crainte d'être contrôlés

Les trois personnes décédées mardi, après avoir été fauchées par un train, dans le Sud-Ouest de la France, se trouvaient sur les rails par crainte d’être contrôlées.

storybild

L’accident qui a fait trois morts s’est produit non loin de la gare de Saint-Jean-de-Luz. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les trois migrants morts fauchés par un train, mardi, dans le Sud-Ouest de la France, près de la frontière espagnole s’étaient réfugiés sur les voies pour échapper à d’éventuels contrôles, a-t-on appris auprès de la justice. Ces migrants, très probablement de nationalité algérienne, avaient été percutés vers la gare de Saint-Jean-de-Luz, alors qu’ils semblaient se reposer sur les voies.

Un quatrième homme avec eux, également algérien, très grièvement blessé dans l’accident, s’est exprimé succinctement ce mercredi, depuis son lit d’hôpital, a indiqué le procureur de Bayonne, Jérôme Bourrier. Ce rescapé a confirmé aux enquêteurs de la police judiciaire de Bayonne que le groupe avait emprunté les voies ferrées pour échapper à d’éventuels contrôles de police. Selon lui, ils s’étaient arrêtés pour se reposer, se sont endormis et n’ont pas vu le train arriver.

Pression policière

L’homme n’a en revanche pas été en mesure de donner les identités des trois victimes. «Le petit groupe s’était constitué un peu plus tôt en Espagne et ils ne se connaissaient pas les uns les autres», a expliqué le procureur. Quelque 200 personnes se sont rassemblées mercredi soir devant la gare de Saint-Jean-de-Luz, à l’appel d’associations locales d’aides aux migrants, pour rendre hommage aux victimes de ce drame.

Selon Amaia Fontang, présidente d’Etorkinekin, un collectif qui fédère treize groupes d’accompagnements des migrants au Pays basque, le drame est survenu après «une journée de pression policière importante dans plusieurs points du Pays basque», qui «pourrait expliquer que ces migrants aient cherché à se réfugier à un endroit pour être tranquilles».

(L'essentiel/AFP)