En France

22 septembre 2020 12:31; Act: 22.09.2020 13:26 Print

Fillette enlevée et violée en allant chercher du pain

Une fillette de 9 ans a été enlevée et violée, dimanche dans la Vienne, alors qu'elle allait à la boulangerie de son village. Deux hommes ont été arrêtés lundi.

storybild

Depuis dimanche, les forces de l'ordre recherchaient activement l'agresseur présumé d'une petite fille de 9 ans, à Villiers, à 20 km de Poitiers. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux hommes ont été interpellés lundi à Saumur (Maine-et-Loire), dont un au moins est suspecté pour l'enlèvement et le viol dimanche à Villiers, un village de la Vienne, d'une fillette de 9 ans qui a été retrouvée sauve. Les deux hommes ont été placés en garde à vue en fin d'après-midi, selon la gendarmerie. Ils ont été arrêtés par la police, mobilisée dans le cadre d'une demande d'assistance de la gendarmerie.

L'un des interpellés, suspect dans l'affaire Villiers, a été placé en garde à vue dans le cadre d'une procédure criminelle diligentée pour «des faits commis dans le ressort judiciaire de Saumur», a indiqué le parquet de cette ville. Il est soupçonné dans une affaire distincte de viol d'une septuagénaire il y a quelques jours dans le Maine-et-Loire. C'est la voiture utilisée par le suspect, reconnue par les policiers, qui a conduit à son interpellation.

La fillette allait chercher du pain

Des tests ADN devraient être pratiqués mardi sur les deux gardés à vue. Depuis dimanche, les forces de l'ordre recherchaient activement l'agresseur présumé d'une petite fille de 9 ans, à Villiers, à 20 km de Poitiers. L'agresseur en voiture, a priori extérieur au village, aurait abordé la fillette alors qu'elle se rendait à pied chercher du pain, selon le maire.

L'enfant avait été retrouvée rapidement et a depuis été prise en charge au CHU de Poitiers. Un plan d'intervention immédiat (ex-Épervier) avait été déclenché initialement sur trois départements, Vienne, Deux-Sèvres et Maine-et-Loire, puis levé. En Maine-et-Loire, la police avait déployé dimanche et lundi des hommes, car les gendarmes avaient des raisons de penser que le suspect se trouvait à Saumur.

(L'essentiel/afp)