Explications en France

21 septembre 2021 21:04; Act: 22.09.2021 11:28 Print

Gifle à Macron: «J’y ai pensé cinq minutes avant»

Récemment sorti de prison, Damien Tarel était l’invité de Cyril Hanouna dans «TPMP». L’homme qui a giflé le président français revient sur son geste.

Sur ce sujet
Une faute?

Stupeur au lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage (Drôme), le 8 juin dernier. En visite, Emmanuel Macron s’apprête à saluer les gens agglutinés derrière des barrières quand un jeune homme crie «Montjoie, Saint-Denis! À bas la Macronie» et gifle le président français. L’individu est immédiatement maîtrisé, placé en garde à vue et condamné à quatre mois de prison ferme. Sa peine tout juste purgée, Damien Tarel était sur le plateau de «TPMP», lundi soir. L’occasion pour lui d’évoquer les circonstances de son acte.

Le jeune homme explique s’être rendu au même endroit qu’Emmanuel Macron pour «manifester son mécontentement». Il raconte que plusieurs «gilets jaunes» se trouvaient sur place, mais qu’ils ont été «exfiltrés» par la police «pour éviter de faire tache sur des images télé». Indigné par ce qu’il vient de voir, Damien Tarel se rend alors compte qu’Emmanuel Macron se dirige tout droit vers lui. C’est là qu’il assène une gifle au président de la République.

«Au niveau de la violence physique, il faut relativiser»

L’individu assure que son geste n’était pas prémédité: «J’y ai peut-être pensé cinq minutes avant, je me suis dit pourquoi pas, s’il vient aussi près de nous», raconte-t-il. Immédiatement interpellé, Damien Tarel entend alors des gendarmes exiger la saisie de tous les téléphones: «Faut pas que ça sorte», auraient-ils lancé.

Bousculé par certains chroniqueurs qui lui demandent s’il a conscience de son geste, l’invité tente de minimiser: «Le symbole est très violent, ça, je l’avoue, après au niveau de la violence physique, il faut relativiser quand même», estime le jeune homme, ajoutant que sa famille a réagi «dans l’indifférence». Damien Tarel conclut en affirmant qu’il n’a «aucun regret».

(L'essentiel/Joëlle Charrey)