Succès en France

14 novembre 2019 09:40; Act: 14.11.2019 10:15 Print

Il a fallu 5h pour séparer des sœurs siamoises

Deux petites Camerounaises, âgées d'un an, étaient reliées par l'abdomen. L'opération pour les séparer a duré cinq heures et a mobilisé une vingtaine de médecins.

storybild

Les deux fillettes sont désormais des jumelles. (photo: HCL/Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Une délicate opération, qui a permis de séparer deux sœurs siamoises camerounaises âgées d'un an et reliées par l'abdomen, s'est déroulée mercredi «avec succès» en France, a annoncé le centre hospitalier Les Hospices Civils de Lyon: Bissie et Eyenga Merveille sont désormais des jumelles. Nées le 6 novembre 2018 au Cameroun, les petites filles ont été séparées par les experts du service de chirurgie pédiatrique de l'hôpital Femme-Mère-Enfant-Hospices civils de Lyon, dans le centre-est de la France. Elles étaient reliées par l'abdomen avec une partie du foie en commun, précise le centre hospitalier dans un communiqué. Elles sont actuellement en réanimation dans un état stable.

L'opération a duré cinq heures et a mobilisé deux équipes afin de s'occuper de chaque bébé, soit une vingtaine de personnes. Il s'agit d'une première pour l'un des plus grands hôpitaux pédiatriques de France. «Nous avons instauré un pool d'anesthésistes, de chirurgiens et de réanimateurs et chaque spécialité a évalué et expertisé la prise en charge très spécifique des fillettes», explique le Pr Pierre-Yves Mure, chef de service adjoint en chirurgie pédiatrique à l'hôpital Femme Mère-Enfant, cité dans le communiqué.

La maman rejetée par le père

«Chaque membre de l'équipe a su adapter sa pratique à la morphologie atypique des deux petites», se félicite-t-il.«En tant que spécialiste de la greffe de foie, je suis intervenu sur cet organe et je n'ai pas eu de complication», ajoute le Dr Rémi Dubois, praticien de l'établissement. À leur sortie de réanimation, les enfants seront transférés dans le service de chirurgie pédiatrique pour des soins de suite et de rééducation. Les fillettes ont été vues, ainsi que leur maman, par un psychologue et leur devenir psychologique et psychomoteur sera surveillé.

Une conférence de presse sera organisée, en fonction de l'état de santé de Bissie et Eyenga, d'ici une dizaine de jours en présence des fillettes, de leur maman, de l'équipe médicale et de l'association La Chaîne de l'Espoir, qui a organisé leur venue en France, début novembre.

Rejetée par le père des sœurs siamoises et une partie de sa famille, leur mère s'était réfugiée à l'hôpital gynéco-obstétrique pédiatrique de Yaoundé, où les bébés avaient grandi en attendant l'opération. En 2015, la Chaîne de l'Espoir avait déjà rapatrié deux bébés siamois de Guinée Conakry, opérés avec succès à l'hôpital Necker Enfants Malades à Paris.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nico57 le 14.11.2019 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo fière de pouvoir aider gratuitement des gens dans le besoin

  • difference le 14.11.2019 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Adorables petites filles en espérant qu elles n auront aucune séquelle suite à l’ opération. 2020 et certaines personnes limitées pensent que le mot  handicap (mental) et une insulte une personne « différente »de la «  norme » est une insulte selon ces femmes soit disant «  normales »! Est-ce normal de penser ça ? . Des employées dans le médico social ont « insulté »indirectement les handicapés mentaux en qualifiant l « handicap mental »à insulte ! C est inacceptable honteux. Être différent n est pas une insulte.

  • Lilas12 le 14.11.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont fait comment s'il n'y avait que 2 jambes ???

Les derniers commentaires

  • Lilas12 le 14.11.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont fait comment s'il n'y avait que 2 jambes ???

  • difference le 14.11.2019 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Adorables petites filles en espérant qu elles n auront aucune séquelle suite à l’ opération. 2020 et certaines personnes limitées pensent que le mot  handicap (mental) et une insulte une personne « différente »de la «  norme » est une insulte selon ces femmes soit disant «  normales »! Est-ce normal de penser ça ? . Des employées dans le médico social ont « insulté »indirectement les handicapés mentaux en qualifiant l « handicap mental »à insulte ! C est inacceptable honteux. Être différent n est pas une insulte.

  • Nico57 le 14.11.2019 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo fière de pouvoir aider gratuitement des gens dans le besoin