Drame en France

28 février 2021 13:40; Act: 01.03.2021 13:48 Print

«Il a sorti son arme et visé directement mon fils»

Un adolescent de 15 ans a été abattu dans une maison de quartier de Seine-Saint-Denis, vendredi. Le père de la victime était là, il a témoigné dimanche, sur «BFMTV».

Sur ce sujet
Une faute?

«Il n’y a pas d’au revoir pour nous. Peu importe où tu es, tu seras toujours dans le cœur des Bondynois. Repose en paix. Mes condoléances les plus sincères à ses proches.» Ces mots, publiés samedi sur Twitter par la star du PSG Kylian Mbappé – qui a passé son enfance dans cette commune – traduisent l’onde de choc qui a frappé la ville de Bondy, en Seine-Saint-Denis. Vendredi en fin de journée, un adolescent de 15 ans a été tué par balle dans un centre de loisirs pour un simple désaccord dont les motifs sont encore flous, selon le parquet de Bobigny.

Pour l’heure, les circonstances du drame sont encore peu claires. Selon une source policière citée par «Le Parisien», deux individus ont débarqué à scooter au centre du quartier, et l’un d’entre eux a tiré sur Aymen (NDLR: certains médias l’orthographient Aymane). L’adolescent a été touché à la poitrine et les deux hommes ont pris la fuite. «Il apparaît qu’un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d’un an sans que l’origine ne soit, pour l’heure, connue», a fait savoir le parquet dans un communiqué.

«Il m'a dit: "J'ai mal"»

Samedi matin, deux frères de 17 et 27 ans se sont rendus aux autorités. Le plus âgé est suspecté d’être l’auteur du coup de feu. Selon les enquêteurs, deux altercations avaient déjà éclaté entre la victime et les deux individus plus tôt dans la journée. Ahmed, le père de l’adolescent, a assisté au drame. «On voyait la personne qui frappait la porte (…) Lorsque la directrice a alors dit qu’il ne fallait pas l’ouvrir, il a sorti son arme et a visé directement depuis la boîte aux lettres de la porte d’entrée», raconte-t-il à BFM TV.

Aymen n’a pas réalisé tout de suite qu’il était blessé. «Il m’a dit: «J’ai mal». J’ai regardé, il n’y avait rien sur lui, pas de sang, rien», témoigne Ahmed, qui s’est retourné et a vu son fils effondré au sol. «On s’est dit que c’était des balles à blanc pour jouer mais c’était une vraie balle. Et là on a vu le sang qui commençait à couler», confie le père de la victime. L’adolescent a succombé à ses blessures avant l’arrivée de l’ambulance. «Je ne peux pas oublier une scène comme ça. C’est mon fils… devant mes mains, comme ça… j’ai jamais pensé que dans une bagarre entre deux enfants de 15 ans il y en a un qui vient et tire une balle comme ça. C’est grave», conclut Ahmed. Secoué, le maire de Bondy évoque pour sa part un «drame atroce».

(L'essentiel/joc)