En France

22 août 2019 13:07; Act: 22.08.2019 14:12 Print

Il la menace de mort pour une erreur au McDo

Un homme de 20 ans a été arrêté, mardi, à Guéret (Creuse), pour avoir menacé de mort une employée du McDonald's de la ville, à la suite d'une erreur de commande.

storybild

À la fin du service de la jeune femme, le client mécontent l'a suivie sur le parking, puis jusqu'à son domicile avant de la menacer de mort. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Tout serait parti d'une commande effectuée par un jeune homme de 20 ans, et servie par erreur à quelqu'un d'autre. En guise de geste commercial, la serveuse a alors proposé à ce client de lui offrir un Sundae (petite glace à la vanille). Mais ce dernier s'est énervé et a réclamé un McFlurry (une glace plus grande). À la fin du service de la jeune femme, le client mécontent l'a suivie sur le parking, puis jusqu'à son domicile avant de la menacer de mort.

«Il lui a dit "je vais te tuer"», a indiqué à l'AFP le commissariat de Guéret, confirmant une information de La Montagne. Craignant pour sa sécurité, la serveuse est alors retournée se réfugier sur son lieu de travail. Quatre jours plus tard, le dimanche 11 août, l'homme s'est de nouveau présenté au domicile de la serveuse et a réitéré ses menaces. Le compagnon de l'employée du fast-food s'est interposé.

Il assume les faits

C'est après ce deuxième épisode que la victime a porté plainte. Le client menaçant, qui était connu de la police et de la justice pour des infractions routières mais pas pour des faits de violence, a «reconnu et assumé les faits» au cours de son audition, selon la source policière. Il devra répondre de «menaces de mort» lors d'un procès prévu le 4 décembre devant le tribunal correctionnel de Guéret.

Cette semaine, un gérant de bar a été tué, dans la nuit de mardi à mercredi en Seine-Saint-Denis après avoir refusé de servir un client ivre, quelques jours après la mort d'un serveur d'un fast-food abattu dans ce même département pour avoir tardé à préparer un sandwich.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ancien restaurateur le 22.08.2019 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Les chauffeurs de bus, le personnel de l’horeca, le personnel de petite et grande surface, caissiers(ères), personnel de guichets, techniciens(nes) de surfaces.... vivent ces même abus de comportements. La causes viendraient elles d'un manque de savoir vivre et du respect du travail ?

  • Jean II le 22.08.2019 16:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas attendre le procès en décembre , comparution immédiate et en taule !!!

  • Boulmi le 22.08.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout des métiers de service très mal payé et dangereux à l'heure actuel. Un monde où le respect n'est plus

Les derniers commentaires

  • polochon le 23.08.2019 17:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Disons qu il y a aussi du non-foutisme de la part de bcp de personnes qui travaillent dans les fast-foods, supermarchés. Quand j en parle avec des gens, rarement on me dit le contraire. Je ne veut pas dire qu ils faut les tuer, loin de là, mais il serait temps qu ils se concentrent quand ils bossent pour éviter les erreurs.

  • Thunderbird le 23.08.2019 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    Lentement mais sûrement nous en arrivons à une société telle qu'imaginée par Alejandro Jodorowsky dans la BD l'Incal...Pas rassurant du tout !

  • défenseur le 23.08.2019 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement combien de fois j'ai du intervenir pour aider la pauvre caissière qui en prenait plein les dents par un client devant moi. Si t'es pas content va faire t'es course ailleurs ....... et laisse tranquille cette personne

  • Le BigMc le 23.08.2019 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Oh la la. Menacer une personne pour une mauvaise commande et surtout une femme, c'est exagéré et emprisonnement directe. Mais il est vrai que dans certains fastfood, le personnel ne montre pas trop d'enthousiasme. Je comprends leur stress, mais un petit sourrir ne ferait pas trop de mal non-plus. Un cas que j'ai eu, j'ai du faire retourner ma commande car elle était fausse et par dessus ça râlait. Mon conseil: garder le ticket de caisse, jusqu'à avoir été servis.

  • patience le 23.08.2019 07:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça a toujours été comme ça. Avant il n y avait pas les réseaux sociaux Nous meme nous. Pis stimulons à ces violences mutuelles. Nous avons appris à mesurer la performance des personnes, à leur donner des notes, à critiquer via des commentaires, à pousser l autre à aller plus vite sous peine de ne plus aller à cet endroit etc. Le résultat en est que les plus ignorants qui ne maîtrisent pas les sujets usent de la violence....