Corps retrouvé en France

08 avril 2021 11:28; Act: 08.04.2021 14:29 Print

«Il rigolait mais savait qu’elle était sous ses pieds»

Le cadavre découvert mercredi dans une maison de l’Hérault est «très probablement» celui d’Aurélie Vaquier, disparue fin janvier. Son compagnon a été placé en garde à vue.

Sur ce sujet
Une faute?

Elle n’avait plus donné signe de vie depuis le 28 janvier. Mercredi, le procureur de la République de Béziers (Hérault) a annoncé que le corps retrouvé sous une dalle de béton dans une maison de Bédarieux était «très probablement» celui d’Aurélie Vaquier. La présence d’un tatouage «très reconnaissable» et d’un piercing laisse peu de place au doute. Son compagnon, Samire L., a aussitôt été placé en garde à vue. «Une autopsie va être faite mais il y a de fortes chances que ce soit Aurélie. Je n’ai pas eu le droit de voir mais beaucoup de choses laissent penser que c’est elle», a confié à Midi Libre Jérémy Vaquier, le frère de la femme de 38 ans.

Très impliqué dans les recherches, le jeune homme avait organisé plusieurs battues et une marche blanche pour sa sœur. Mercredi, il se disait totalement abattu par ce terrible dénouement: «Jusqu’au bout j’ai espéré, ce matin encore… Je suis plus sous le choc qu’autre chose, je suis abasourdi», a-t-il réagi. Originaire de Sète, Aurélie Vaquier était passionnée d’ésotérisme, d’écriture, de produits bio et de bijoux insolites, écrit BFM TV. Elle projetait d’ouvrir un restaurant vegan avec son compagnon.

Retour au 15 février dernier. Ce n’est que trois semaines après la disparition d’Aurélie que Samire L. alerte son frère Jérémy. Il lui explique alors que la trentenaire lui a laissé un message dans lequel elle explique vouloir se retirer pour écrire un livre. Mais rapidement, sa famille s’inquiète: Aurélie est partie sans aucun moyen de paiement ou de locomotion, mais «uniquement son téléphone portable et quelques vêtements», explique le parquet de Béziers.

Le dernier message de la trentenaire est par ailleurs truffé de fautes d’orthographe, ce qui met la puce à l’oreille de son frère: «Ma sœur n’aurait jamais écrit ça comme ça, et même un texto, il fallait que ce soit toujours nickel», explique-t-il.

Certains proches finissent par se demander si Aurélie a un quelconque lien avec Delphine Jubillar, cette mère de famille disparue en décembre dernier, et si un tueur en série rôde dans la région. Mais l’étau commence à se resserrer autour du compagnon de la disparue, qui ne participe qu’à la première battue et passe les semaines suivantes reclus chez lui.

C’est finalement à son domicile qu’un corps est retrouvé. Selon Le Parisien, la dalle sous laquelle a été découvert le cadavre se situe à l’intérieur du logement du couple, qui procédait à des travaux en vue de le transformer en boutique. Samire L. vivait donc à quelques centimètres du corps de sa compagne.

Pour l’heure, le mobile de l’individu reste inconnu. «Pourquoi il a fait ça? C’est pas possible… Elle ne mérite pas ça, Aurélie», sanglote une proche interrogée par Midi Libre. «On espérait qu’elle soit partie à l’autre bout de la France avec un ex-ami… Mais maintenant, on sait, on ne peut pas le croire… Elle était juste là, putain, sous notre nez», confie une autre amie de la disparue. Une habitante de la commune s’emporte contre Samire L.: «Je l’ai vu il y a quelques jours, il rigolait dans la rue… Mais il savait qu’elle était là, sous ses pieds. Comment peut-on tous les jours manger, aller se coucher, sur le corps de sa femme avec ça sur la conscience?»

(L'essentiel/joc)