Affaire Delphine Jubillar

22 septembre 2021 21:58; Act: 23.09.2021 12:47 Print

«Je suis persuadée de la culpabilité de mon fils»

Lors d’un étrange échange avec un animateur radio, la mère de Cédric Jubillar s’est lâchée, ignorant qu’elle était enregistrée.

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que Cédric Jubillar vient d’essuyer un nouveau rejet de sa demande de remise en liberté, sa mère semble ne plus savoir à quel saint se vouer. Le 16 septembre dernier, Nadine F. a contacté par téléphone une voyante officiant sur les ondes de 100%, une chaîne locale du Tarn (sud). La quinquagénaire a précisé d’emblée qu’elle ne voulait pas que cette conversation soit enregistrée et qu’elle souhaitait avoir un échange dans un cadre «privé» et «intime», rapporte Le Parisien.

Une fois rassurée, Nadine F. est entrée dans le vif du sujet: «J’aimerais savoir où est le corps de ma belle-fille pour qu’on puisse lui offrir une sépulture décente», a-t-elle demandé à la voyante. Comprenant qu’il avait affaire à la mère de Cédric Jubillar, l’animateur est intervenu dans la conversation. À ce moment-là, Nadine F. pensait s’exprimer en «off», mais selon un journaliste de la radio locale, les appels téléphoniques sont automatiquement enregistrés sur les serveurs.

Posture plus nuancée

Et c’est une bombe que la mère du suspect a lâchée: «Avant la garde à vue au mois de juin, j’étais persuadée de l’innocence de mon fils, après la garde à vue et tout ce que m’ont montré les gendarmes, je suis malheureusement persuadée de la culpabilité de mon fils», aurait-elle confié, selon une retranscription publiée sur le site de la radio. Nadine F. n’a pas expliqué pourquoi elle en était arrivée à cette conviction, mais a confirmé au Parisien avoir bel et bien prononcé cette phrase.

Recontactée à froid par la chaîne de radio locale, la mère de Cédric Jubillar a adopté cette fois-ci une posture plus nuancée: «Je sais ce que j’ai dit mais quand j’ai parlé à votre collègue, c’était dans le fait d’une discussion… pas intime mais privée. Je me suis un peu calmée et je suis dans la retenue sur mes propos», a-t-elle assuré. La quinquagénaire a ensuite expliqué avoir contacté cette voyante comme on jetterait «une bouteille à la mer». Soupçonné d’avoir fait disparaître sa femme Delphine, introuvable depuis décembre 2020, Cédric Jubillar est en détention provisoire depuis le mois de juin. Il doit être entendu le 15 octobre, par les juges d’instruction.

(L'essentiel/joc)