En France

20 mai 2019 15:18; Act: 20.05.2019 15:19 Print

L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté

L'interruption des traitements visant à maintenir en vie Vincent Lambert, annoncée par son médecin pour cette semaine, a débuté dès ce lundi matin.

storybild

«Le coup de force continue, il est encore temps d'arrêter cette folie», ont réagi les avocats des parents. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est dans un mail adressé à la famille que Vincent Sanchez, chef du service de soins palliatifs de l'hôpital Sébastopol de Reims, a fait part de «l'arrêt des traitements» et de «la sédation profonde et continue» de Vincent Lambert, 42 ans, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans. De sources médicales, le décès, dans ces conditions, interviendrait d'ici quelques jours à une semaine.

Dans ce courriel, dont l'AFP a obtenu copie, le Dr Sanchez «espère pour Monsieur Vincent Lambert que chacun saura ouvrir une parenthèse et se rassembler, auprès de lui, afin que ces moments soient le plus paisibles, intimes et personnels». Une allusion aux positions inconciliables qui déchirent la famille depuis six ans: d'un côté, les parents, fervents catholiques, un frère et une sœur s'opposent à l'arrêt des traitements; de l'autre, son épouse Rachel, son neveu François et cinq frères et sœurs veulent mettent fin à cet «acharnement thérapeutique».

«Euthanasie déguisée»

«C'est des monstres! C'est des nazis!», a d'ailleurs lancé depuis une voiture Viviane Lambert, la mère de Vincent, 73 ans, en passant devant l'établissement. «On va balancer les vidéos! Je veux voir mon fils tant qu'il n'est pas encore trop endormi», a-t-elle aussi crié, en larmes. De fait, une vidéo du patient a été diffusée ce lundi sur le site de Valeurs actuelles, présentée comme datant de dimanche, où la mère est au chevet de son fils.

Dimanche, avec son mari Pierre, 90 ans, ils avaient organisé un rassemblement au même endroit pour dénoncer une «euthanasie déguisée». Quelque 200 personnes y avaient participé. Les parents estiment que leur fils est handicapé, et doit être transféré dans un établissement spécialisé.

«Le coup de force continue, il est encore temps d'arrêter cette folie», ont également réagi dans un communiqué les avocats des parents, Jean Paillot et Jérôme Triomphe.

«Dans le cadre de la loi»

Ils entendent en effet contraindre la France à appliquer les «mesures conservatoires» d'un organisme de l'ONU, le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH), qui lui a demandé de surseoir à l'arrêt des soins, dans l'attente d'un examen du dossier sur le fond.

Dans ce but, ils ont à nouveau saisi lundi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) et le Conseil d'Etat et annoncé une «audience en urgence» devant la cour d'appel de Paris, suite à une décision du TGI de Paris vendredi. Autre action envisagée: devant le tribunal correctionnel de Reims à l'encontre du Dr Sanchez, dont ils réclament la radiation.

«État végétatif chronique irréversible»

Ils mettent en avant notamment le dernier rapport d'experts mandatés par la justice, rendu fin 2018. Ces derniers avançaient notamment que la condition médicale de Vincent Lambert «n'appelle aucune mesure d'urgence» et qu'«il existe en France des structures pouvant l'accueillir jusqu'à sa disparition».

Ces mêmes experts affirmaient toutefois que son «état végétatif chronique irréversible» ne lui laisse plus «d'accès possible à la conscience».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • légume le 20.05.2019 15:26 Report dénoncer ce commentaire

    D'accord c'est un être humain; d'accord ses proches tiennent à lui..Mais est-ce vraiment une "vie" décente de vivre dans cet état ? Je veux bien croire qu'il faut le mainteinir en vie mais quel serait son avis à lui ? Être prisonnié de ce corps sans certitude de revenir un jour à un semblant de "normalité"...

  • Souffrance le 20.05.2019 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ok c'est leur fils, mais laissez le partir. Aucun être humain ne souhaiterait être maintenu en vie de cette manière.

  • ixion le 24.05.2019 22:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se demande qui paye cette dépendance !

Les derniers commentaires

  • ixion le 24.05.2019 22:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se demande qui paye cette dépendance !

  • Souffrance le 20.05.2019 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ok c'est leur fils, mais laissez le partir. Aucun être humain ne souhaiterait être maintenu en vie de cette manière.

  • légume le 20.05.2019 15:26 Report dénoncer ce commentaire

    D'accord c'est un être humain; d'accord ses proches tiennent à lui..Mais est-ce vraiment une "vie" décente de vivre dans cet état ? Je veux bien croire qu'il faut le mainteinir en vie mais quel serait son avis à lui ? Être prisonnié de ce corps sans certitude de revenir un jour à un semblant de "normalité"...