Bambin enlevé

06 mai 2019 17:32; Act: 07.05.2019 12:19 Print

L'enfant était «endormi et habillé sur le lit»

L'homme, qui a enlevé un petit garçon dimanche à Marseille, est un marginal qui n'a pas su expliquer son geste à la police.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Le ravisseur d'un enfant de deux ans et demi, retrouvé dans un hôtel de Valence, dimanche soir, plusieurs heures après son enlèvement à Marseille, est un trentenaire à la «personnalité perturbée», incapable d'expliquer son geste, a déclaré lundi le procureur à l'AFP.

Le petit garçon, prénommé Osnachi, avait été enlevé dans le quartier de la Canebière, vers 12h40, dimanche. Sa mère a pu le récupérer en fin de matinée, lundi, a précisé le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.

Les premières constatations, qui devaient être confirmées par un examen médicolégal plus approfondi lundi après-midi, n'ont pas montré de traces de violences.

Déjà condamné pour vols

Le ravisseur a commencé à être entendu par la police judiciaire marseillaise en garde à vue, une mesure qui peut durer 48 heures. «Dans ses premières auditions, il a dit avoir trouvé anormal qu'un enfant soit seul dans la rue», a expliqué M. Tarabeux.

L'homme a déjà été condamné pour des vols. Il est sans profession ni ressource, et vit chez ses parents à Marseille, selon le magistrat. Il s'agit d'un marginal, une personne «qui n'a pas de situation stable», a précisé une source proche du dossier, expliquant qu'il était «trop tôt» pour savoir dans quel but il avait conduit l'enfant à Valence.

Osnachi avait échappé à la vigilance de sa mère alors que cette dernière assistait à un office religieux dans une salle de prière évangélique de la Canebière. Il s'était retrouvé dehors et avait été enlevé. Des images de vidéosurveillance permettaient de voir le ravisseur et l'enfant, sans montrer de violences.

«Habillé et sans traces de coups»

L'enfant a été retrouvé par la police deux heures après le déclenchement d'une procédure «Alerte enlèvement», dans un hôtel proche de la gare de Valence. «Une cliente, qui était arrivée en même temps» que le ravisseur dans cet établissement, l'a ensuite reconnu à la télévision, dans sa chambre, a expliqué à l'AFP, Claude Bourrely, chef d'état major de la police de la Drôme.

Cette femme originaire de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) a informé le veilleur de nuit de l'établissement, qui a pu appeler la police, a-t-il ajouté. Une dizaine de fonctionnaires se sont rendus devant la chambre du ravisseur, qui avait payé en liquide pour une nuit.

L'enfant se trouvait sur le lit, «endormi», «habillé et sans traces de coups», a-t-il ajouté. Il «n'a pas parlé et a été pris en charge par les pompiers».

Il devrait maintenant retrouver le squat de migrants où il vivait à Marseille, un bâtiment appartenant au diocèse dont les occupants et les soutiens associatifs ont exprimé lundi leur soulagement.

Au total, dans les deux heures qui ont suivi l'alerte enlèvement, 133 appels et 9 courriels ont été adressés aux forces de l'ordre, a précisé Philippe Guichard, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP).

«Depuis la création» de cette procédure «en 2006, 23 affaires ont fait l'objet d'une alerte enlèvement et à chaque fois ça a été une réussite puisque les enfants ont été retrouvés», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)