France

27 décembre 2018 19:04; Act: 28.12.2018 11:07 Print

L'enfant miraculé est resté 40 mn sous l'avalanche

Plusieurs paramètres ont permis à un jeune de douze ans, emporté mercredi par une coulée à La Plagne, d'avoir la vie sauve.

storybild

L'incident s'est déroulé à La Plagne. (photo: Archives/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«Un miracle»: au lendemain du sauvetage d'un enfant de 12 ans resté enseveli près d'une heure sous une avalanche à La Plagne (Savoie), ceux qui l'ont secouru relèvent l'extraordinaire chance du jeune skieur, face aux risques pris.

Emporté par une coulée sur un secteur fermé de la station, dépourvu d'un détecteur de victimes d'avalanches (DVA), il a été retrouvé vivant et indemne, sans même la fracture de la jambe redoutée initialement. «C'est un miracle. Au-delà de quinze minutes passées sous la neige, les chances de survie sont de 10%. Il a eu beaucoup de chance», souligne Luc Nicolino, responsable des pistes.

Le garçon était en compagnie de six proches lorsqu'il a été emporté, vers 13h55, par une grosse avalanche - jusqu'à 800 mètres de long et «plus de 4 mètres de profondeur» - qui s'est déclenchée «à son niveau», à 3 000 mètres d'altitude. Il a été extrait de la coulée à 14h53 par les secouristes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Courchevel, après qu'un chien de leur équipe cynophile a «flairé et marqué» l'endroit.

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a félicité «Gétro et son maître-chien, l'adjudant Raphaël Chauvin», qui ont localisé l'enfant. «Il a été traîné sur plusieurs centaines de mètres sans être comprimé par les forces du manteau neigeux. Il n'a pas non plus inhalé de neige», relève le commandant du PGHM de Savoie Patrice Ribes, appelant à la prudence face aux conditions très inégales du manteau neigeux au-dessus de 2 500 mètres.

«Il a eu la chance d'être resté en surface. Il n'était recouvert que d'une quarantaine de centimètres de neige lorsqu'il a été retrouvé. L'épaisseur de l'avalanche l'a amorti dans cette zone rocailleuse. Elle l'a sauvé», complète M. Nicolino. Le jeune skieur, placé en observation au CHU de Grenoble, a aussi évité l'asphyxie grâce à la «mauvaise qualité» de la neige dont le «manque de cohésion» a permis la bonne circulation de l'air, selon les secours.

Risque d'avalanche «sous-estimé»

Une équipe de pisteurs de La Plagne, qui venait d'être déposée en hélicoptère sur un versant en face de l'avalanche, l'a vu se déclencher et a pu limiter ainsi la zone des recherches. «L'hélicoptère a immédiatement redécollé pour poser un pisteur sur place. Les proches de l'enfant ont confirmé que lui seul avait été emporté et qu'il n'était pas équipé de DVA», précise M. Nicolino.

Une trentaine de personnes, pisteurs ou agents de remontées mécaniques, a été rapidement mobilisée pour sonder la neige, appuyée ensuite par des gendarmes du PGHM de Courchevel. «Il était conscient lorsqu'il a été retrouvé car il a crié lorsqu'il a reçu le coup de sonde du gendarme. Il avait un tout petit peu de neige dans la bouche et des douleurs au genou et à la cuisse. Le médecin n'était pas inquiet pour lui», raconte M. Nicolino.

L'enfant évoluait au sein d'un groupe où figuraient son père, son frère, un oncle et des amis de sa famille: des Lyonnais vivant à Londres, habitués de la station et décrits comme «très bons skieurs», qui possèdent un chalet dans la région.

Selon le responsable des pistes, le télésiège qui permet l'accès à ce secteur hors-piste était fermé, car les pentes «n'avaient pas encore été sécurisées et jalonnées pour l'hiver». Le groupe aurait dans un premier temps remonté la ligne du télésiège à pied, soit une «bonne centaine de mètres de dénivelé», puis chaussé les skis pour s'élancer dans la pente. «On était en risque 3 sur une échelle de 5 à cette altitude. Dans la tête de beaucoup de skieurs, ce risque médian veut dire faible. Or, c'est à ce niveau qu'il y a le plus d'accidents d'avalanche. Il a clairement été sous-estimé», juge M. Nicolino.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • raslebol le 27.12.2018 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    completement irresponsable de pratiquer sur piste noire sans detecteurs de victime ... c est pas un miracle - stupidite humaine avec drame a la cle !! prison pour les parents !!

  • patdevelours le 28.12.2018 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel est le nom de la famille ?

  • Jacquart le 28.12.2018 01:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis contente pour le gamin(il devait avoir un ange gardien), mais quelle inconcience de la part des adultes. Les parents devraient payer de leur poche l'intervention des secours sans que leur assurance ne débourse un centime.

Les derniers commentaires

  • bonsens le 26.06.2019 15:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez là avec vos peines de prison! Je pense que si vous êtes parents vous devriez vous sentir assez coupables comme ça.

  • patdevelours le 28.12.2018 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel est le nom de la famille ?

  • sosa le 28.12.2018 08:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour moi c’est de la mise en danger, donc prison avec sursis et tous les frais engendrés pour le sauvetage du petit aux frais des parents plus que inconscients

  • Jean II le 28.12.2018 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et comme d'habitude , même avec de la prévention , certains se croient plus malins de skier sur des pistes interdites , en fait non ! Normalement les parents doivent eux-mêmes payer la facture du sauvetage et non la collectivité !!!!!

  • Nath le 28.12.2018 01:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    demander la prison pour des parents irresponsables c est stupide ... il faut plutôt leur présenter la facture du sauvetage et y ajouter une forte amende qui sera versé dans la caisse des secours en montagne !!