En France

03 mars 2019 21:32; Act: 04.03.2019 16:35 Print

L'ex-​​maison du couple Daval a été cambriolée

Tout a été retourné dans la maison inoccupée depuis l'interpellation de Jonathann Daval, le 29 janvier 2018, soupçonné d'avoir tué son épouse Alexia.

storybild

Une voisine a donné l'alerte dimanche matin, après avoir constaté que les scellés, posés sur la maison dans le cadre de l'enquête, étaient à terre.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancienne maison du couple Daval en Haute-Saône, inoccupée depuis l'arrestation de Jonathann, soupçonné du meurtre de son épouse Alexia en octobre 2017, a été «cambriolée», a annoncé dimanche à l'AFP le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic. Une voisine a donné l'alerte dimanche matin, après avoir constaté que les scellés, posés sur la maison dans le cadre de l'enquête, étaient à terre, a précisé M. Dupic.

Des gendarmes ont minutieusement inspecté l'intérieur de la maison «où tout a été retourné» et ont écarté l'hypothèse d'un acte de malveillance, concluant à un cambriolage, une piste «qui ne fait aucun doute», a ajouté le magistrat. Il s'agit d'un «vol d'opportunité» dans une maison inoccupée depuis l'interpellation de Jonathann Daval, le 29 janvier 2018, a encore insisté M. Dupic, rappelant qu'en 2018, «624 000 ménages ont été victimes d'un cambriolage ou d'une tentative» de cambriolage. Difficile de savoir pour l'instant ce qui a été dérobé et «le préjudice est pour l'heure inconnu», a-t-il ajouté.

Le corps d'Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été découvert le 30 octobre 2017, en partie brûlé, dans un bois en Haute-Saône non loin de la maison du couple. Après avoir avoué une première fois le meurtre, Jonathann Daval était revenu sur ses aveux en juin 2018 avant de reconnaître, le 7 décembre, l'avoir tuée. Il a livré des «aveux circonstanciés» le 30 janvier devant le nouveau juge d'instruction chargé du dossier, dans l'attente de la reconstitution du meurtre. Détenu à la maison d'arrêt de Dijon, Jonathann Daval, mis en examen pour «meurtre sur conjoint», encourt la réclusion à perpétuité.

(L'essentiel/afp)