En France

23 juillet 2019 10:23; Act: 23.07.2019 10:35 Print

«L'homme volant» va traverser la Manche

Franky Zapata, «l'homme volant» qui avait fait sensation le 14 juillet en surplombant les Champs-Élysées, va tenter jeudi de traverser la Manche sur son «Flyboard».

Sur ce sujet
Une faute?

110 ans après l'exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi le détroit par les airs. Franky Zapata, «l'homme volant», va tenter jeudi de traverser la Manche sur son «Flyboard», une plateforme à turboréacteurs. Ce Marseillais de 40 ans, champion d'Europe et du monde de jet-ski, s'envolera depuis la plage de Sangatte (Pas-de-Calais) pour rejoindre «les alentours» de Douvres, en Angleterre, a indiqué son entourage sans dévoiler la destination exacte.

«Le seul lieu ayant donné son accord pour nous accueillir ne souhaite aucune promotion et aucun média présent. Il ne sera donc pas possible de filmer l’atterrissage», ont-ils ajouté. Par ailleurs, «l’heure de départ de la traversée», qui doit durer une vingtaine de minutes, sera fixée «le jour J» ou «la veille au soir», en «fonction de la météo et du trafic maritime».

Le futur c'est maintenant

Le 14 juillet, lors du défilé militaire de la fête nationale française sur les Champs-Élysées, à Paris, Franky Zapata avait déjà offert un épatant spectacle futuriste: fusil en main, il avait volé à plusieurs dizaines de mètres du sol sur son invention, «100% développée en France» dans les ateliers de son entreprise au Rove (Bouches-du-Rhône). L'engin, une machine volante autonome alimentée en kérosène stocké dans son sac à dos, est doté de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d'évoluer jusqu'à 190 km/h debout dans les airs, avec une autonomie d'une dizaine de minutes.

Pour cette traversée de la Manche, large de quelque 35 kilomètres, il devra se ravitailler en route. Les détails techniques de l'approvisionnement n'ont pas encore été communiqués mais il devrait avoir lieu dans les eaux anglaises, à environ 18 km des côtes françaises. Au début du mois de juillet, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a émis un «avis défavorable» au projet de Franky Zapata, pointant notamment la «dangerosité» de la zone et son trafic particulièrement dense. Mais la direction générale de l'aviation civile a, elle, émis un avis favorable selon la préfecture maritime.

«Défi sportif»

«On me fait voler à 30 m du président de la République», le 14 juillet, «et je ne suis pas capable dans la mer d'éviter un bateau? C'est du grand n'importe quoi !», s'est offusqué l'inventeur sur BFMTV vendredi. Suite à cet avis défavorable, il a fallu, selon lui, prévoir «le ravitaillement dans les eaux territoriales anglaises» et non plus côté français, a-t-il expliqué au quotidien régional La Provence. Cet avis «a tout complexifié (...) c'est l'un des plus gros défis sportifs de ma vie», a-t-il assuré.

Son invention avait déjà été exhibée lors du Forum innovation défense de Paris, fin 2018: lors d'une démonstration des forces spéciales, le Flyboard Air avait été utilisé comme plateforme pour un tireur d'élite positionné en appui de commandos partis à l'assaut depuis des embarcations sur la Seine. Cette plateforme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d'air intéresse les forces spéciales françaises, qui y voient du «potentiel pour un emploi dans les opérations spéciales en zone urbaine». Avant de créer son «Flyboard Air», le Marseillais «volait» déjà sur l'eau avec son premier Flyboard aquatique. La planche était alors «propulsée au-dessus d'un plan d'eau par le jet de la turbine d'une moto marine».

En 1909, l'exploit de Louis Blériot avait jeté les bases de l'aéronautique moderne. Parti à 4h41, le 25 juillet, du hameau des Baraques à Sangatte (rebaptisé Blériot-Plage en 1936), il avait posé son aéroplane à 5h18 dans une prairie, au pied du château-fort qui domine le port de Douvres, après avoir couvert en 37 minutes les 43 km à la vitesse moyenne de 65 km/h.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigolo le 23.07.2019 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    A la TV... le mec de l’armée belge.. (vert de jalousie) naahh ce truc est un gadget bruyant qui ne sert á rien.. lol

  • Don Diego le 23.07.2019 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Made in France les gars !! Bravo

  • Bravo Laurent Kopp le 23.07.2019 15:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et son équipe pour la partie électronique de cette invention.

Les derniers commentaires

  • Bravo Laurent Kopp le 23.07.2019 15:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et son équipe pour la partie électronique de cette invention.

  • Rigolo le 23.07.2019 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    A la TV... le mec de l’armée belge.. (vert de jalousie) naahh ce truc est un gadget bruyant qui ne sert á rien.. lol

  • Don Diego le 23.07.2019 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Made in France les gars !! Bravo

  • Vooole le 23.07.2019 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Le mec vole donc la préfecture maritime n'a rien à dire !! c'est "l'aviation civile" qui est le décideur.

    • logic le 23.07.2019 12:45 Report dénoncer ce commentaire

      Le bateau qui va le ravitailler ou le reprendre en cas de souci, ne vole pas lui.

    • Faux le 23.07.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

      S'il est écrit qu'ils ont donné un avis défavorable c'est qu'ils ont quelque chose à dire !!!!