Débordements à Paris

16 mars 2019 14:35; Act: 16.03.2019 19:39 Print

Une femme et son bébé coincés dans un incendie

L'acte 18 de la mobilisation des «gilets jaunes» a dégénéré samedi. Un incendie, parti d'une banque près des Champs-Élysées, a notamment fait onze blessés.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs commerces ont été incendiés, samedi après-midi sur les Champs-Elysées, où l'acte 18 de la mobilisation des «gilets jaunes» est marqué par un regain de violence. Le Fouquet's, restaurant huppé qui avait déjà été vandalisé dans la matinée, a vu son auvent incendié et des feux ont été allumés devant les boutiques Longchamp, Foot Looker et Léon de Bruxelles, aux cris de «révolution!» lancé par des manifestants. De multiples commerces, notamment d'habillement, ont été pillés.

Un important incendie s'est par ailleurs déclaré dans un immeuble qui a dû être évacué boulevard Roosevelt, près des Champs-Elysées, faisant 11 blessés légers samedi en marge de l'acte 18 de la mobilisation des «gilets jaunes», a appris l'AFP auprès des pompiers. «Deux personnes ont été sauvées des flammes. Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage», ont indiqué les pompiers à l'AFP.

«Les pompiers de Paris et nos forces de l'ordre viennent de procéder à l'évacuation de tous les habitants d'un immeuble, délibérément incendié. Le feu est maîtrisé. Les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs: ce sont des assassins», a dénoncé sur twitter le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

«La situation demeure extrêmement compliquée au niveau du bas des Champs-Élysées. De nombreux individus ont commis des dégradations et pillages dans le secteur», a indiqué la préfecture de police de Paris à l'AFP. Soixante-quatre personnes ont été interpellées, selon un bilan communiqué à 13h30 par la préfecture. Des heurts surviennent depuis samedi matin, avec des magasins pillés sur les Champs-Élysées et des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a jugé «inacceptables» ces violences, estimant que «ceux qui excusent ou qui encouragent» de tels actes s'en rendent «complices».

(L'essentiel/afp)