France

12 octobre 2016 12:50; Act: 12.10.2016 14:16 Print

«L'obsession de Valérie? Pas Julie mais Ségolène»

Deux journalistes du «Monde» sortiront ce jeudi un livre révélant plus de cinq ans de confidences du président français. Voici les déclarations les plus fortes.

storybild

Ségolène Royal, Julie Gayet et Valérie Trierweiler: les trois femmes de la vie de François Hollande.

Sur ce sujet
Une faute?

François Hollande multiplie les confidences dans «Un président ne devrait pas dire ça...» (éd. Stock), un livre des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet publié jeudi et dont L'Express et Le Parisien publient les bonnes feuilles.

Royal, Trierweiler, Gayet

Ségolène Royal? «Celle qui me connaît le mieux», «celle dont je suis le plus proche». Quand elle participe à son premier Conseil des ministres, le 4 avril 2014, «elle était heureuse, émue, on a échangé un regard, voilà, c'est une belle histoire».

Valérie Trierweiler? «L'obsession de Valérie, ce n'était pas Julie (Gayet) ou une autre, c'était Ségolène». «Elle n'était jamais rassurée. Parce qu'elle pensait toujours que Ségolène allait revenir». Leur rupture a été «le pire moment personnel du quinquennat».

Le livre «Merci pour ce moment»? «Ce livre n'était pas un acte malveillant, mais l'acte d'une femme malheureuse». Mais il n'a pas digéré l'expression «sans-dents», même s'il a bien employé ces mots: «Je lui ai dit: je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents». «C'est odieux, c'est une trahison. Quand je dis: j'aime les gens, c'est vrai».

Gayet? «Elle souffre de cette situation, elle est demandeuse de le faire (officialiser leur relation). Ça brûle». Mais lui refuse pour l'instant, «y compris pour le second quinquennat».

Sarkozy

«C'est le petit De Gaulle. On a eu Napoléon le petit, eh bien là, ce serait De Gaulle le petit». «Les cassettes» de l'ex-conseiller, Patrick Buisson, «sont très importantes, non pas qu'elles révèlent quoi que ce soit - il n'y a pas de secrets d'État - mais elles vont révéler ce qu'est ce type. Sa grossièreté, sa méchanceté, son cynisme».

«Ce qu'on ne voit pas chez lui, c'est qu'il ne fait pas le partage entre ce qui est possible et ce qui n'est pas possible, le légal et le non-légal, le décent et le non-décent. Pourquoi cette espèce d'appât de l'argent ? (...) Il s'entoure de gens d'argent. Pourquoi ? (...) L'argent est toujours l'argent! C'est ça qui est étonnant».

«Moi, président de la République, je n'ai jamais été mis en examen (...) Je n'ai jamais espionné un juge, je n'ai jamais rien demandé à un juge, je n'ai jamais été financé par la Libye».

Immigration

«Je pense qu'il y a trop d'arrivées, d'immigration qui ne devrait pas être là». «L'identité, c'est plutôt l'idée de Nicolas Sarkozy. Le sujet existe, mais il ne peut pas être un thème fédérateur pour la gauche». «La gauche ne peut pas gagner sur le thème de l'identité, mais elle peut perdre sur le thème de l'identité».

Islam

«Il y a un problème avec l'islam, parce que l'islam demande des lieux, des reconnaissances. Ce n'est pas l'islam qui pose un problème dans le sens où ça serait une religion qui serait dangereuse en elle-même, mais parce qu'elle veut s'affirmer comme une religion dans la République».

«La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain. Parce que d'une certaine façon, si on arrive à lui offrir les conditions de son épanouissement, elle se libérera de son voile et deviendra une Française, tout en étant religieuse si elle veut l'être, capable de porter un idéal».

Son avenir

«J'aimerais que l'on dise de moi, puisque c'est la vérité, que j'ai été courageux». «Je n'ai pas peur de perdre. Je n'aurai pas de frustration et je n'en voudrai pas aux Français». «Je ne courrai pas le cacheton» en faisant des conférences.

Manuel Valls, par sa «loyauté absolue», serait son héritier. Emmanuel Macron, avant sa démission du gouvernement? Un «garçon gentil», «authentiquement de gauche». «Emmanuel Macron, c'est moi».

Les Bleus

Il donnerait bien à certains joueurs des leçons de «musculation du cerveau». «Ils sont passés de gosses mal éduqués à vedettes richissimes, sans préparation».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TITI/TOTO le 12.10.2016 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    Même si les mesures qu'il prend ne me semble pas bonne. Ce n'est pas au homme mal-honnête. J'ai plus de respect pour lui en tant qu'homme que pour son prédecesseur. C'est un homme respectable sauf sa politique. Mais il serait grand temps que quelqu'un redresse la France, un nouveau De Gaulle, un nouveau Colbert...

  • Surfer le 12.10.2016 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    Eh bien que Julie se rassure : on fera tout pour qu'en Mai 2017 elle puisse se marier avec lui !

  • dan le 12.10.2016 15:31 Report dénoncer ce commentaire

    il faut lui reconnaître qu'il a moins de casseroles que son prédécesseur. Mais est-ce que ce sera toujours le cas lorsqu'il aura quitté sa fonction?

Les derniers commentaires

  • BBlancM le 12.10.2016 23:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon en 2017 il sera réélu !!!! C'est écrit dans l'histoire depuis longtemps . Je dirais depuis les attentats à Paris!! Vous verrez bien au deuxième tour ce sera Marine contre Hollande !!!

  • Le Cerbère. le 12.10.2016 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon quoi qu'il dise ou fasse maintenant je pense que les français voteront pour la droite en 2017! Et oui on est comme cela en France, un coup à droite, un coup à gauche.

  • Mimi le 12.10.2016 22:34 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas pourquoi j'ai le sentiment que le président n'aurait jamais dit tout cela ?!

  • NDYE le 12.10.2016 18:21 Report dénoncer ce commentaire

    Et il voulait changer le nom du parti Socialiste en «Parti du progrès». Il avait compris qu'il fallait ôter "social" avec la politique menée, il n'est pas trop tard..On attend !

  • misspoutine le 12.10.2016 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce monsieur vous prend par les sentiments. je trouve qu il n a pas la carrure...d'un président

    • Chris57 le 13.10.2016 09:23 Report dénoncer ce commentaire

      L'ancien non plus. ...