Un milliard pour Notre-Dame

17 avril 2019 21:05; Act: 17.04.2019 21:16 Print

L'«opération de com» des grandes fortunes dérange

Riches et grandes entreprises annoncent des dons très importants pour la reconstruction de la cathédrale. Les réductions d'impôt qui leur ont été promises font grincer des dents.

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs partis ont dénoncé mercredi «l'opération de communication» de grandes entreprises et grosses fortunes qui annoncent des dons très importants pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. «On ne peut pas faire de la préservation de notre patrimoine une grande opération de communication comme certains sont en train de faire», a accusé sur LCI Manon Aubry, tête de liste de la France Insoumise (LFI) aux élections européennes, dénonçant «une espèce de course à l'échalote de l'entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l'exonération d'impôt».

«J'ai impression d'avoir le classement des entreprises présentes et des personnes présentes dans les paradis fiscaux», a-t-elle ironisé. «Le plus simple, ce serait déjà qu'ils commencent par payer leurs impôts, ils ne peuvent pas se payer une opération de communication en mettant leur nom potentiellement sur une pierre de Notre-Dame et de l'autre côté, ne pas payer leurs impôts», a-t-elle critiqué.

La famille Pinault renonce à la réduction d'impôt

Face à un chantier qui s'annonce colossal, plusieurs grandes fortunes françaises ont sorti leur carnet de chèques depuis lundi: la famille Pinault a promis 100 millions d'euros, suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions, puis la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L'Oréal (200 millions). Face à la polémique, la famille Pinault a annoncé dans un communiqué mercredi renoncer à sa réduction d'impôt.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mercredi des exonérations supplémentaires pour les particuliers jusqu'à 1000 euros tandis que «les entreprises bénéficieront des réductions d'impôts, dites de mécénat, dans les conditions actuelles». Depuis une loi de 2003, les entreprises qui investissent dans la culture peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat (66% de réduction d'impôt sur le revenu pour les particuliers).

(L'essentiel/afp)