France

24 août 2018 07:01; Act: 24.08.2018 10:08 Print

La compagne de Benalla a rendu fous les enquêteurs

Pendant la garde à vue du jeune conseiller d'Emmanuel Macron, la police a remué ciel et terre pour entrer en contact avec sa future femme. En vain.

Sur ce sujet
Une faute?

Tout était prêt pour le grand jour, prévu le 21 juillet. Mais la veille, Alexandre Benalla a dû reporter in extremis son mariage avec sa compagne Myriam. La raison? Il venait d'être placé en garde à vue pour son interpellation violente d'un couple lors de la manifestation du 1er mai à Paris. Une fois le jeune conseiller d'Emmanuel Macron dans ses locaux, la police judiciaire a tenté d'entrer en contact avec la future femme du gardé à vue. L'opération s'est cependant soldée par un cuisant échec, raconte Le Parisien.

Retour au 20 juillet. Interrogé au sujet de sa concubine, Alexandre Benalla se braque. Il refuse de dire où elle se trouve et de transmettre ses coordonnées, «pour la protéger», dit-il. Il explique aux policiers que Myriam est «certainement partie à l'étranger» avec leur bébé pour échapper aux journalistes. Le hic, c'est que la jeune maman de 32 ans est la seule personne qui possède les clés de l'appartement du couple, selon Benalla. Les enquêteurs ne se laissent pas décourager et décident d'aller perquisitionner le logement en question, situé à Issy-les-Moulineaux (près de Paris).

Un coffre-fort disparaît

Une fois sur place, pas moyen de forcer la porte. Elle est équipée d'un système d'inviolabilité. Tout penauds, les policiers repartent après avoir posé des scellés. Grâce à l'aide d'un serrurier, les enquêteurs parviennent enfin à pénétrer dans l'appartement, le lendemain. Ils découvrent alors que le coffre-fort qui renfermait notamment les armes de Benalla a disparu. À ce stade, ils ignorent si d'autres éléments utiles à l'enquête se trouvent également dans ce coffre.

«Le 19 juillet, ma femme m'a appelé pour me dire qu'il y avait plein de journalistes devant la maison et dans le couloir. J'ai demandé à un ami d'aller chercher ma femme et de récupérer tout ce qui pouvait être volé, des objets de valeur et notamment les armes», a justifié Benalla, face à la police. Considérant Myriam comme un témoin privilégié de la disparition du coffre-fort, les enquêteurs mettent alors les bouchées doubles pour retrouver la trentenaire. Tout y passe: fichiers de police, réquisitions bancaires, identification de sa voiture, interrogation des fichiers des aéroports... Mais toujours aucune trace de Myriam.

«Je m'interroge sur l'opportunité de faire des recherches sur ma femme qui n'a rien à voir dans toute cette histoire. Elle est déjà assez chamboulée», s'énerve Benalla. C'est finalement une bête géolocalisation qui permet à la police de retrouver la jeune femme, dans le XVIe arrondissement de Paris. En même temps, les enquêteurs finissent enfin par obtenir l'adresse e-mail de Myriam, que la mairie d'Issy-les-Moulineaux leur a transmise. Pour l'heure, la jeune maman n'a toujours pas été entendue.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Helmutheimat le 24.08.2018 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on a rien à se reprocher, on ne fuit pas la police et surtout, on ne participe pas à la dissimulation de preuves. Ce couple est en train de s'enfoncer tout doucement et l'histoire n'est pas finie. Ce n'est pas parce que vous gravitez dans les hautes sphères que vous pouvez vous permettre tout et n'importe quoi.

  • justice le 24.08.2018 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    il n'a que ce qu'il mérite.monsieur profite et donc monsieur doit payer et je dirai même avec ses bien personnels

  • Lénine Staline Poutine le 24.08.2018 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut pour la police agir plus fermement et sans aucune hésitation!

Les derniers commentaires

  • Mérédithe le 24.08.2018 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    Tous les hommes mariés ou liés ont à leur côté la femme (ou l'homme) qu'il mérite

  • McKhron le 24.08.2018 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    Les copains de Benalla, qui le couvraient jusqu'il y a un mois, ne sont pas arrivés à pénétrer chez lui.... je suis certain que si Benalla avait laissé des ardoises dans des banques et des huissiers s'étaient présentés à sa porte, il n'y aurait eu aucune "inviolabilité", ce qui est toujours violable en France c'est la Loi par le fait du prince. On ne veut tout simplement pas voir ce qu'il y a dans l'appartement. Pour paraphraser Roland Dumas à propos de Valls : la République est sous influence.

  • Roboberta Menchu le 24.08.2018 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    HelmutHeimat a bien raison c'est d'ailleurs un argument imparable pour nous ce matin sans attaquer directement Macron!

  • Titus le 24.08.2018 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @laleux Encore une fois ? ... comme au foot ?

  • Helmutheimat le 24.08.2018 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on a rien à se reprocher, on ne fuit pas la police et surtout, on ne participe pas à la dissimulation de preuves. Ce couple est en train de s'enfoncer tout doucement et l'histoire n'est pas finie. Ce n'est pas parce que vous gravitez dans les hautes sphères que vous pouvez vous permettre tout et n'importe quoi.