En France

22 septembre 2020 22:29; Act: 23.09.2020 14:03 Print

La durée du congé de paternité passe à 28 jours

La durée du congé de paternité va doubler, a indiqué mardi l’Élysée, permettant à la France de combler une partie de son retard par rapport aux meilleurs élèves européens.

storybild

L'objectif est d'inciter davantage de pères à profiter du congé de paternité, notamment ceux qui ont un statut précaire.

Sur ce sujet
Une faute?

Lorsque la France a créé le congé paternité en 2002 - 11 jours qui s'ajoutent aux 3 jours du congé de naissance - elle était en avance sur la plupart de ses voisins. Mais depuis, de nombreux pays européens ont adopté des dispositifs plus généreux.

«Cette réforme va permettre à la France de passer d'une position médiane en Europe au peloton des pays de tête, avec l'Espagne, la Suède, la Norvège ou le Portugal», souligne la présidence.

«80% de la population y est favorable»

«Le temps est un facteur essentiel pour nouer un lien important entre l'enfant et les parents. Actuellement, ce temps de 14 jours est trop court», ajoute l’Élysée, concédant qu'il s'agit pour Emmanuel Macron d'une «réforme extrêmement consensuelle» puisque «80% de la population y est favorable».

Le chef de l’État doit décliner la mesure mercredi lors d'un déplacement sur le thème de la petite enfance dans un centre de PMI (protection maternelle et infantile) à Longjumeau (Essonne).

L'allongement du congé de paternité sera financé par la Sécurité sociale pour un coût lui aussi doublé et estimé à plus de 500 millions d'euros en année pleine. Les trois jours du congé de naissance seront toujours à la charge de l'employeur. Les 25 autres jours seront indemnisés par la Sécurité sociale.

Les naissances multiples (jumeaux, triplés...) donneront droit, comme aujourd'hui, à sept jours supplémentaires, a expliqué l'entourage du secrétaire d’État chargé de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet.

Le dispositif figurera dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui doit être présenté prochainement en Conseil des ministres. Il devrait entrer en vigueur au 1er juillet 2021.

Enjeu de «justice sociale»

«Il y aura l'introduction d'une part obligatoire dans ce congé» qui «doit encore être fixée avec les partenaires sociaux», précise l’Élysée. Les entreprises ne respectant pas cette obligation s'exposeraient à une amende de 7 500 euros.

L'objectif est d'inciter davantage de pères à profiter du congé de paternité, notamment ceux qui ont un statut précaire. 67% des pères ont recours au congé de paternité, un chiffre qui n'a que très peu évolué depuis sa mise en œuvre et qui dissimule de fortes inégalités sociales: 80% des salariés en CDI y ont recours, mais moins de 60% de ceux qui sont en CDD. «On a un grand enjeu d'équité et de justice sociale», insiste-on dans l'entourage de M. Macron.

L'objectif est aussi de favoriser l'égalité femmes-hommes puisque la charge parentale repose encore beaucoup sur les mères. «On essaie de faire converger les congés entre les deux parents», indique-t-on à l’Élysée. La durée du congé maternité peut durer jusqu'à seize semaines pour un premier ou un deuxième enfant.

«Cela permet de changer le regard de la société»

S'il double la durée du congé de paternité, l'exécutif reste en-deçà des conclusions de la commission Cyrulnik sur les «1 000 premiers jours» du nouveau-né, installée en septembre 2019 par Emmanuel Macron, qui avait recommandé d'allonger à neuf semaines le congé paternité.

«Doubler c'est déjà un changement assez massif en terme d'évolution culturelle et pour la place des pères auprès de l'enfant. Cela permet de changer le regard de la société», assume-t-on à l’Élysée.

D'autres mesures décidées après la publication du rapport Cyrulnik en faveur d'un soutien aux jeunes enfants et à leurs parents «seront annoncées plus tard», ajoute l’Élysée.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LuxSerge le 22.09.2020 23:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive notre grand pays humaniste !

  • Rigoberta Menchu, d'URSS/Russie le 22.09.2020 23:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi??? C'est mère qui doit s'occuper des enfants et prendre congé, selon religion par ex. Pourquoi père? Moi je ne comprends pas ...

  • LuxThill le 24.09.2020 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encourageons les glandeurs

Les derniers commentaires

  • LuxThill le 24.09.2020 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encourageons les glandeurs

  • Ilesttemps... le 23.09.2020 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo la France! A quand le changement pour les pays voisins?!

  • Millennial Beau Gosse le 23.09.2020 03:41 Report dénoncer ce commentaire

    Bah, tout le monde va se retrouver en congé parental aka le chômage grâce à la crise économique provoquée par les gouvernements. Je suis Millennial et je n’arrive pas à m’enrichir à cause des hippies du baby-boom.

  • LuxSerge le 22.09.2020 23:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive notre grand pays humaniste !

  • Rigoberta Menchu, d'URSS/Russie le 22.09.2020 23:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi??? C'est mère qui doit s'occuper des enfants et prendre congé, selon religion par ex. Pourquoi père? Moi je ne comprends pas ...

    • Vladislav le 23.09.2020 09:38 Report dénoncer ce commentaire

      Non, c'est un des deux qui devrait de toute façon s'occuper de l'éducation des enfants. Mais bon, aujourd'hui, on préfère remettre les enfants dans des structures "étatiques" ou même privées, et d'ensuite critiquer. Plus facile que de prendre ses propres responsabilités. Et en même temps, ne retourne-t-on pas un peu dans les temps de la RDA ?