Attentat en France

19 avril 2018 15:18; Act: 19.04.2018 15:46 Print

La famille Beltrame s'oppose aux villes FN

Les proches du gendarme mort lors de l'attentat du Super U, fin mars, refusent que des localités dirigées par le Front national donnent le nom du défunt à des rues ou édifices.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Décédé le samedi 24 mars après avoir pris la place d'une otage à Trèbes (Aude), Arnaud Beltrame est considéré dans toute la France comme un véritable héros. Une cérémonie républicaine s'est tenue en son honneur et le gendarme a reçu une promotion au grade de colonel à titre posthume. Pour saluer la mémoire de ce grand homme, une quarantaine de communes françaises ont d'ores et déjà annoncé leur intention de baptiser des rues, des bâtiments scolaires et autres édifices au nom d'Arnaud Beltrame.

Parmi ces villes, figurent notamment Rennes, Évreux, Pau, Versailles, Lille ou encore Créteil. La ville de Saint-Cyr-l'École (Yvelines), où le colonel avait étudié, a par exemple prévu de donner le nom d'Arnaud Beltrame à un boulevard créé dans un nouveau quartier.

La famille du quadragénaire a cependant mis le hola à cet hommage unanime. Selon L'Essor cité BFM TV, les proches du colonel disparu refusent de voir des localités dirigées par le Front national utiliser le nom du défunt pour renommer ses artères ou ses bâtiments. Les communes concernées seront donc contraintes de changer leurs plans: il appartient à la famille du défunt d'autoriser, ou non, une municipalité à utiliser son nom.

(L'essentiel/joc)