Prof décapité en France

20 octobre 2020 09:44; Act: 20.10.2020 10:36 Print

La mosquée de Pantin fermée au moins six mois

La fermeture de la mosquée de Pantin, ordonnée par le ministre de l'Intérieur, pour avoir notamment relayé une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty, sera effective mercredi soir.

storybild

Samuel Paty a été sauvagement assassiné vendredi. (photo: AFP/Francois lo Presti)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le délai d'exécution de la fermeture est de 48h, donc la mosquée sera fermée mercredi soir», a indiqué une source proche du dossier, une information confirmée par l'entourage du ministre de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé lundi soir sur TF1 avoir «demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de faire fermer la mosquée de Pantin», située en banlieue nord de Paris. L'établissement sera fermé pour une durée de six mois, et la notification de fermeture a été transmise dès lundi soir, a précisé la première source.

Cette notification de fermeture met en avant deux griefs: la personnalité de l'imam qui officie dans cette mosquée accueillant environ 1 500 fidèles et le partage d'une vidéo sur sa page Facebook, selon une autre source proche du dossier. Partagée le 9 octobre, cette vidéo montre le père d'une élève du collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), indigné du cours sur la liberté d'expression dispensé le 5 octobre par Samuel Paty. Dix jours plus tard, le professeur d'histoire-géographie était décapité par un Russe tchétchène de 18 ans à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Le responsable parle de «maladresse»

«Je ne valide pas la première partie (de la vidéo) dans laquelle il parle des caricatures, mais la deuxième partie, quand les musulmans ont été pointés dans la classe» a fait «peur» à de nombreux musulmans, craignant «le début d'une nouvelle discrimination», s'est expliqué lundi, M'hammed Henniche, le responsable de la mosquée de Pantin. «Bien sûr que c'est une maladresse quand on regarde a posteriori», a-t-il reconnu.

Le ministre a par ailleurs affirmé que l'imam de cette mosquée avait ses enfants «scolarisés» dans une école clandestine, fermée début octobre à Bobigny. «Des enfants de 2 à 6 ans portaient le hijab, sans cours de récréation, sans fenêtre, sans professeur», a souligné Gérald Darmanin.

À la suite de l'assassinat, M. Darmanin a promis «une guerre contre les ennemis de la République» et lancé une série d'opérations visant la mouvance islamiste. Quinze personnes étaient en garde à vue, mardi matin, dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty.

(L'essentiel/AFP)