En France

16 février 2019 13:05; Act: 16.02.2019 13:10 Print

La rocambolesque affaire «Air Cocaïne» jugée

Vols privés et poudre blanche étaient au cœur de l'une des plus grosses affaires de drogue de ces dernières années en France. Le procès va s'ouvrir pour neuf accusés.

storybild

Les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret transportaient la drogue.

Sur ce sujet
Une faute?

Des centaines de kilos de cocaïne, d'ex-pilotes de chasse aux commandes d'un jet privé, de multiples rebondissements de la République Dominicaine à Saint-Tropez, et neuf accusés... L'affaire «Air Cocaïne» arrive lundi devant les juges français, six ans après une saisie spectaculaire sur un tarmac de Punta Cana. Le procès, le plus important de l'année devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, doit se dérouler du 18 février au 5 avril à Aix-en-Provence.

Pour cette affaire de trafic de drogue international «en bande organisée», pas de jurés mais une cour d'assises spéciale, composée de cinq magistrats professionnels. Ils jugeront neuf hommes dont certains encourent trente ans de réclusion criminelle. Six ans après les premiers signalements puis la saisie de 680 kilos de cocaïne et de multiples rebondissements, ils vont pouvoir s'expliquer sur cette affaire.

Destins séparés

Dans la nuit du 19 au 20 mars 2013, sur le tarmac de l'aéroport de la station balnéaire de Punta Cana, la police dominicaine découvre 26 valises de drogue, calées dans les soutes et le «coin salon» d'un Falcon 50. Le jet privé s'apprêtait à décoller pour la France, via les Açores. Quatre Français, les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret, et les passagers Nicolas Pisapia et Alain Castany, sont immédiatement arrêtés. Malgré leurs dénégations, ils seront condamnés par la justice dominicaine, en 2015, à vingt ans de prison.

Depuis, leurs destins se sont séparés: les pilotes sont notamment parvenus à s'enfuir clandestinement vers la France, au terme d'une opération d'exfiltration aussi mystérieuse que rocambolesque. Les interrogatoires de ces deux anciens de l'aéronavale et de l'Armée de l'air aux casiers judiciaires vierges sont parmi les plus attendus dans la centaine de témoignages et d'auditions d'experts programmés au long des sept semaines de procès.

Ajoutant au caractère hors-norme de cette affaire, plusieurs noms de personnalités sont apparus au fil du feuilleton judiciaire «Air Cocaïne». C'est le cas de l'opticien Alain Afflelou, propriétaire du Falcon 50, qui était mis en location via une société spécialisée lorsqu'il n'en avait pas l'usage. C'est également celui de l'ancien président Nicolas Sarkozy, dont le nom avait été retrouvé sur des factures lors d'une perquisition dans les locaux de cette société.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.