Météo en France

09 avril 2021 12:00; Act: 09.04.2021 14:34 Print

Le gel, un véritable drame pour l'agriculture

De nombreuses cultures ont été frappées par le gel, dans une large partie de la France, plongeant les agriculteurs dans une grande détresse.

storybild

Le vigneron français Rémy Nodin regarde ses bourgeons de vigne endommagés par le gel à Saint-Peray, près de Valence, le 8 avril 2021. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Catastrophique», «dramatique»: le gel qui a couvert une large partie de la France cette semaine s’annonce comme l’un des pires depuis des décennies, de nombreuses cultures dont des vignes, des arbres fruitiers ou encore des céréales ayant été frappées, du nord au sud du pays. Les professionnels du vin sont particulièrement catastrophés. Dans le Bordelais, Dominique Guignard écrase des feuilles gelées de vigne dans ses mains. «Ça casse comme du verre parce qu’il n’y a plus d’eau, ça s’est desséché complètement, il n’y a plus de vie», explique le président du syndicat viticole des Graves.

Cet épisode est «l’un des plus sérieux des dernières décennies» et cela va amputer la production de l’année, a estimé le CNIV (Comité national des interprofessions des vins à appellation d’origine et à indication géographique). «On sait déjà qu’on va avoir une très faible récolte en 2021», a déclaré son président Jean-Marie Barillère. «Il y a énormément de détresse, énormément d’émotion», a déclaré le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, vendredi matin, sur BFMTV, quelques heures avant de se rendre en Indre-et-Loire, pour apporter son soutien à la filière viticole, puis d’aller samedi, chez des arboriculteurs de la Vallée du Rhône.

«Dramatique»

«On est en train de faire toutes les évaluations. Ce que l’on sait de manière certaine, c’est que l’épisode a été dramatique. La situation est inédite, exceptionnelle, elle concerne à la fois la viticulture, à la fois l’arboriculture, à la fois les grandes cultures», a-t-il ajouté. «C’est un phénomène national. On peut essayer de remonter dans l’histoire, il y a eu des épisodes en 1991, 1997, 2003, mais là, d’après moi, on dépasse tous les indicateurs qui laissent entendre que c’est beaucoup plus sérieux que les gels antérieurs», relève Jérôme Despey secrétaire général de la FNSEA et lui-même viticulteur dans l’Hérault.

Les pertes ne sont pas encore chiffrées - les professionnels s’accordent à dire qu’il faudra attendre plusieurs jours - mais les premières constatations dessinent un phénomène d’ampleur. Le gel a frappé des cultures - vignes et arbres fruitiers - dont la floraison était bien entamée, à la faveur des températures douces qui avaient précédé. Julien Denormandie a annoncé qu’il allait «lancer la mise en œuvre» du régime des calamités agricoles, notamment abondé par l’État, pour venir en aide à l’arboriculture.

Il a par ailleurs rappelé que ce dispositif n’était pas appelé à intervenir dans les cas où une assurance peut être souscrite, comme pour les grandes cultures ou les vignobles. «Malheureusement trop peu d’hectares de vignes sont protégés. Sur 800 000 hectares en France, seuls 200 000 sont assurés», dit Jérôme Despey, de la FNSEA.

Les céréales aussi

Dans ses vergers, Daniel Betton, arboriculteur dans la Drôme, inspecte ses abricotiers. «Tous les fruits ne paraissent pas abîmés, mais dès qu’on les ouvre, on voit que c’est nécrosé, les cellules ont éclaté, le fruit ne va pas grossir il va tomber», décrit-il, en prédisant que «la récolte est perdue pour cette année complètement».

Dans les plaines, «on est très, très inquiets de l’impact du gel sur les céréales, sans pouvoir en tirer un bilan très fiable à l’heure qu’il est», a déclaré Éric Thirouin, président du syndicat des producteurs de blé AGPB. «On va être obligés d’attendre quelques jours pour voir si on a des cultures qui sont passées au travers et d’autres pas du tout, puisqu’on est à des stades assez différenciés d’une parcelle à l’autre», a-t-il poursuivi, résumant l’état d’esprit: «On est tendus et angoissés, on va attendre une huitaine de jours, peut-être un peu plus, pour en savoir plus».

Pour Jérôme Despey, il est urgent que des mesures de prise en charge des cotisations sociales soient mises en œuvre par la Mutualité sociale agricole et que «nous puissions bénéficier de l’exonération de la taxe sur le foncier non bâti». «Il faut aussi que l’État s’engage à une réflexion sur le régime des calamités agricoles et de la gestion des risques et notamment de l’assurance pour permettre de mieux affronter ces risques, qui sont de plus en plus violents, suite au changement climatique», a-t-il dit.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 09.04.2021 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut se plaindre si non pas d’argent du Contribuable. Voila tout est claire.

  • Jean II le 09.04.2021 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour une voiture ou une maison assurance tempête , grêle dégâts des eaux etc mais beaucoup ne veulent pas payer plus et après ça vient pleurer .

  • p d g '' le 09.04.2021 12:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l année passée c était le réchauffement '' basta ''les peco '''!!

Les derniers commentaires

  • Vindulux le 09.04.2021 20:01 Report dénoncer ce commentaire

    Bien sur,au Luxembourg personne ne reconnait sa responsabilité envers le réchauffement climatique qui provoque ses variations climatiques qui impact la capacité de nourrir la population.

    • L'internaute le 09.04.2021 22:22 Report dénoncer ce commentaire

      Vindulux: Quel réchauffement climatique dont nous serions responsable? C'est un cycle naturel de la terre tout les 10000 ans la terre change de climat en se réchauffant (prouvé par les carottages de glace en Antarctique). Ce que l'on vous raconte est un des plus gros bobard et vous le gobez sans réfléchir. Grace à cela les taxes et impôts divers passent sans aucun problème.

  • tuyau le 09.04.2021 15:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il manquerai plus qu une sécheresse s abatte sur l europe pendant des mois.

  • TontonB le 09.04.2021 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    Donc ils devraient être favorables au réchauffage climatik ?

  • Jean II le 09.04.2021 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour une voiture ou une maison assurance tempête , grêle dégâts des eaux etc mais beaucoup ne veulent pas payer plus et après ça vient pleurer .

    • Jean III le 09.04.2021 17:39 Report dénoncer ce commentaire

      Si vous connaissiez les prix d'une assurance professionnelle, je doute que vous feriez ce genre de remarque...

    • L'internaute le 09.04.2021 22:26 Report dénoncer ce commentaire

      Jean III: Mais connaissez vous le montant alloué de cette assurance? Les montants sont énorme comparé à la prime payée.

  • Phi le 09.04.2021 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut se plaindre si non pas d’argent du Contribuable. Voila tout est claire.