En France

04 septembre 2019 20:48; Act: 05.09.2019 12:55 Print

«Le lycée te conditionne à fumer du cannabis»

Les jeunes Français sont les plus gros consommateurs d'herbe en Europe. Consciente de l'enjeu, l’Éducation nationale mise sur la prévention.

storybild

La consommation de cannabis des lycéens reste problématique en France.

Sur ce sujet
Une faute?

Assis sur un scooter avec deux amis en face de son lycée parisien, Karim se cache pour moudre l'herbe de cannabis entre ses mains. «C'est compliqué la rentrée, alors il faut bien décompresser», glisse l'adolescent de 16 ans. Un geste devenu presque banal en France où les jeunes restent les premiers consommateurs de cannabis en Europe, malgré les timides avancées de la prévention en milieu scolaire. Il est 9h45. Leurs nouveaux emplois du temps à peine découverts, Karim et ses copains (tous les prénoms ont été changés) sont sortis de l'établissement pour se rouler un joint.

Pour Gaétan, 15 ans, c'est le premier pétard «depuis un mois et demi». Pendant ses vacances «en famille», il n'a rien consommé, assure-t-il derrière ses lunettes rondes. Un sevrage en décalage avec son rythme l'année passée: «30 joints par semaine. On fumait beaucoup aux pauses, des fois le midi, on ne mangeait même pas». «Le lycée te conditionne à bédave (NDLR: fumer), parce que tu côtoies plus de jeunes qui sont là-dedans», estime ce garçon à la moustache juvénile. Son premier joint, c'était à 12-13 ans, «pour faire comme tout le monde».

«L'Histoire, tu peux faire genre tu suis, être actif, mais en maths laisse tomber»

Depuis, Gaétan s'est habitué à suivre parfois des cours avec une concentration altérée. «L'Histoire, tu peux faire genre tu suis, être actif, mais en maths laisse tomber», confesse-t-il, en s'inquiétant du bac nouvelle formule, l'examen sanctionnant la fin des études secondaires, qu'il va inaugurer l'année prochaine et qui prendra en compte le contrôle continu. «Avec le contrôle continu, va pas falloir être opérationnel juste aux examens...». Alors, cette année, «je vais arrêter, c'est sûr», promet-il. Une résolution qui pourrait s'avérer difficile à appliquer.

Conscients de l'enjeu, les services de l'Éducation nationale ont mis en place des actions au lycée pour contrer cet effet d'entraînement et le mimétisme qui peuvent pousser des lycéens vers le cannabis. «En matière de prévention, l'Éducation nationale a beaucoup progressé et commence à l'intégrer directement dans les programmes pour renforcer les compétences psychosociales», qui permettent de développer l'esprit critique, estime Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction.

La part des collégiens a reculé

Le programme «Unplugged», par exemple, propose douze heures d'ateliers encadrées par un professeur, pour travailler l'estime de soi, la capacité à faire ses propres choix. Testé depuis 2013 dans quatre départements, le succès du dispositif a récemment été souligné par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). Cette nouvelle approche semble porter de premiers fruits. La part des collégiens (11-14 ans) ayant expérimenté le cannabis a reculé de 9,8% à 6,7% entre 2014 et 2018. À 17 ans, les jeunes sont désormais 39% à avoir déjà fumé, soit la prévalence la plus basse depuis 2000, selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Mais la route est encore longue. «Ici, tout le monde fume. Y a au moins la moitié des élèves qui bédave régulièrement», évalue Karim, sous son duo capuche casquette.

Illustration à l'heure du déjeuner: dans le square qui jouxte le lycée, les nombreux petits groupes d'élèves qui exhalent d'épais volutes de fumée ne choquent personne. Un de ses amis tend un cône à Léa, 17 ans, qui voudrait réduire sa consommation. «Mais avec des potes comme ça, je fais comment?». Cette petite brune fume depuis ses 12 ans. Elle a vu ses notes chuter d'année en année. «Je pensais pas que ça me cramerait les neurones au point de plus pouvoir mémoriser. (...). Quand tu passes de 15 à 10, tu vois les résultats». Pas la peine de parler à cette élève de terminale de prévention ou de se faire aider. «Les flics qui viennent à l'école pour te sortir des phrases bateau, ça n'a aucun impact», raille-t-elle. Mais Léa, qui consomme quotidiennement, l'admet elle-même. «Si je veux avoir mon bac, il faut que j'arrête de fumer la semaine».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean II le 04.09.2019 21:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien , ça promets pour l'avenir du monde

  • Djoule le 04.09.2019 21:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La clé avec le cannabis c'est d'en prendre le moins possible et aussi le plus tard possible dans la journée pour apprécier ses effets. Il faut que ce soit la derniere chose à faire de la journée. Et il ne faut certainement pas fumer 30 joints par jour sauf si on veut s'attirer des problèmes.. Tout abus reste dangereux

  • Prolux le 05.09.2019 07:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et certains veulent légaliser? C'est de la déchéance. Ces jeunes deviendront des "déchets" avec tout ce que cela entraîne. Belle perspective.

Les derniers commentaires

  • patience le 05.09.2019 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le gamin n a pas fumé pendant les vacances en famille mais à son retour. Cela signifie que ce sont les fréquentations qui poussent au suicide....

  • Prolux le 05.09.2019 07:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et certains veulent légaliser? C'est de la déchéance. Ces jeunes deviendront des "déchets" avec tout ce que cela entraîne. Belle perspective.

    • Vive l'évolution des mentalités le 05.09.2019 09:04 Report dénoncer ce commentaire

      En France ce n'est pas légalisé, et c'est le pays EU ou les jeunes consomment le plus..il y a plus de consommateurs en France qu'aux Pays-Bas , ou qu'en Espagne ou il y a une grande tolérance ... alors légalisé ou pas, ces chiffres montrent bien que c'est pas ca qui vas influencer la consommation, la seule chose qui influencera la consommation chez les jeunes, c'est la prévention, et la légalisation, accompagnée d'une bonne prévention serra bcp plus efficace que la répression...travaillez avec des jeunes et vous verrez que prévenir/responsabiliser est plus efficace que l'interdit!

    • Binouzeur le 05.09.2019 16:49 Report dénoncer ce commentaire

      ça dépend surtout comment sont faites les études et les stats ! Je ne suis pas du tout persuadé qu'il y ait vraiment moins de consommation en Espagne ou au Luxembourg (même si ce n'est pas encore légal) qu'en France. Je pense même franchement le contraire Y'a qu'à regarder ou plutôt garder les narines ouvertes quand on traverse ces différents pays Je ne connais pas assez les pays bas pour en parler mais pas sûr que ce soit mieux

  • Nath le 04.09.2019 22:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le lycée le conditionne ?!? alors que ce jeune a commencé à 12 ans ?!? Mais bien sûr... jamais de leurs fautes ... Et je pense que ses 30 joints par jour ont fait de sacrés dégâts sur des neurones pas très en forme ... la prévention doit venir avant tout des parents !!!! Arrêtons d attendre que ce soit l Éducation nationale qui fasse tout le travail !!!

    • @Nath le 05.09.2019 08:57 Report dénoncer ce commentaire

      Je sais pas si vous aussi avez fumé étant jeune, mais l'article parle de 30 joints/semaine et non 30/jour! ;o) vive les neurones en bonne santé! ;o)

    • @@Nath le 05.09.2019 16:52 Report dénoncer ce commentaire

      30 joints par semaines c'est déjà des sacré dégats et encore plus sur un individu aussi jeune.... c'est catastrophique Sur le moment manque de concentration, impossible de se former à un age où normalement n peu le mieux apprendre, pour l'avenir car les dégâts sont irréversibles c'est scientifiquement prouvé et incontestable

  • Djoule le 04.09.2019 21:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La clé avec le cannabis c'est d'en prendre le moins possible et aussi le plus tard possible dans la journée pour apprécier ses effets. Il faut que ce soit la derniere chose à faire de la journée. Et il ne faut certainement pas fumer 30 joints par jour sauf si on veut s'attirer des problèmes.. Tout abus reste dangereux

    • Nodrugs le 05.09.2019 08:03 Report dénoncer ce commentaire

      la clé avec le cannabis et toutes les autres drogues du genre c'est de ne pas en prendre du tout (sauf traitements thérapeutiques)

  • Jean II le 04.09.2019 21:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien , ça promets pour l'avenir du monde