En France

15 septembre 2018 15:55; Act: 15.09.2018 15:57 Print

Le marche de la cocaïne en pleine «expansion»

Les services français de police anti-drogue observent en 2018 une production sud-américaine de cocaïne en plein essor et des saisies qui atteignent des niveaux record.

storybild

Les volumes de cocaïne importés en France et en Europe ne faibliront pas, observent les services de police anti-drogue.

Sur ce sujet
Une faute?

Une production sud-américaine en plein essor, des saisies qui atteignent des niveaux record, des réseaux «opportunistes et actifs»: le marché français de la cocaïne continue son «expansion», observent les services de police anti-drogue. Quelque 840 kilos de «poudre blanche» interceptés par la police portugaise début septembre sur un voilier battant pavillon français dans l'archipel des Açores, une tonne et demie découverte par les Douanes sur un voilier au large de la Martinique en juillet, une demi-tonne saisie en mars, sur un porte-conteneurs à Marseille... Tout porte à croire qu'en 2018, les volumes de cocaïne importés en France et en Europe ne faibliront pas.

En 2017, les saisies des services anti-drogues avaient déjà atteint un niveau record: 17 tonnes contre 8,5 tonnes en 2016, soit une hausse de 105%, selon les chiffres du rapport rapport annuel du Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco) de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). «C'est un marché très dynamique car il y a une augmentation importante de la production dans les trois pays andins qui produisent 98% de la cocaïne consommée dans le monde: Bolivie, Pérou et surtout Colombie», où les surfaces cultivées ont triplé ces cinq dernières années, explique Vincent Le Beguec, le chef de l'Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis).

Elle touche tout les milieux

Disponible et pur comme rarement depuis le début de la décennie, selon un récent rapport de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), le gramme de cocaïne atteint un prix médian en France de 65 euros. Produit illicite le plus consommé en France après le cannabis, selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT), la cocaïne comptait dans l'Hexagone quelque 2,2 millions d'expérimentateurs et 450 000 usagers. Elle touche tous les milieux. Trois vecteurs d'importation sont principalement ciblés par les services en charge de la lutte anti-drogue. D'abord, le «maritime» avec les bateaux, les conteneurs et les ports. En 2017, 3,5 tonnes ont été saisies dans le port du Havre, chiffre qui reste cependant très loin des niveaux atteints à Anvers (Belgique), où les autorités ont mis la main sur quelque 42 tonnes de cocaïne.

Deuxième catégorie de saisie: la route, avec des camions venant d'Europe de l'Est ou des voitures de tourisme en provenance des Pays-Bas. Enfin «l'aérien»: bagages ou mules. En 2017, 1,7 tonne a été saisie par la seule police nationale dans les aéroports (hors douanes, ndlr). La provenance? Les territoires français des Caraïbes et la Guyane, présentés comme des «zones de rebond» vers la métropole. En 2017, 608 passeurs, dont 250 convoyant la drogue «in corpore» en l'ingérant, ont été interpellés au départ ou à l'arrivée de Guyane, précise le Sirasco. Avec un prix à la sortie du laboratoire sud-américain estimé à 1 000 euros le kilo pour une revente sur le marché français de demi-gros à 30 000 euros, la cocaïne très pure, peut même encore être recoupée et aiguise les appétits des trafiquants, en particulier ceux des cités historiquement spécialisés dans l'importation du cannabis en provenance du Maroc.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Novitchok le 15.09.2018 16:34 Report dénoncer ce commentaire

    On va dire qu'il faut vivre de quelque chose et dans les pays où la mafia est libre de faire ce qu'elle veut, personne ne va se priver!

  • Sarkostique le 15.09.2018 20:56 Report dénoncer ce commentaire

    Faut légaliser aussi !!!

  • Kli le 03.12.2018 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a heureusement des gens honnetes meme en Colombie.

Les derniers commentaires

  • Kli le 03.12.2018 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a heureusement des gens honnetes meme en Colombie.

  • @Rémi le 16.09.2018 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas le peu des libertés qu'il nous reste aussi...

  • @Terrible piege le 16.09.2018 09:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis fumeur de cannabis (je suis au pays-bas actuellement) et je ne souhaite absolument pas enfreindre la loi et si c'etait legal au Luxembourg ça ne m'arriverait pas d'enfreindre la loi de cette manière...

  • Knopchen le 16.09.2018 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Depuis 1990 les dirigeants du G7 ont décidé qu’il fallait que les banques surveillent les mouvements de fonds de leurs clients et les dénoncent au besoin. Pourquoi ? Pour lutter contre le trafic de drogue. Bilan 28 ans plus tard : le trafic des drogues n’a jamais été aussi florissant et la paperasserie des banque aussi volumineuse.

  • Tired but happy... le 15.09.2018 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...zéro tolerance .