Témoignage

26 février 2021 17:48; Act: 26.02.2021 17:56 Print

«J'étais un garçon, la nature a commis une erreur»

Stella a ému les téléspectateurs d'«Envoyé Spécial» sur «France 2», jeudi soir. L'enfant transgenre a détaillé son parcours et évoqué sa souffrance passée.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je m'appelle Stella, j'ai 8 ans et avant, j'étais un garçon et je m'appelais Lisandre». C'est dans l'émission d'Élise Lucet , Envoyé Spécial, que les téléspectateurs ont découvert jeudi soir cet enfant transgenre âgé de 8 ans. «Dans le genre garçon, j'étais mal à l'aise», confie celle qui se considère désormais comme une fillette.

Dans ce reportage, Stella livre un témoignage bouleversant, avec une certaine maturité perceptible. «Je savais que la nature avait commis une erreur, mais c'est pas grave de se tromper, que nous on peut arranger ça, que tout le monde se trompe une fois».

Né petit garçon, c'est à partir de ses trois ans que Stella commence à rejeter son identité de mâle. Karine, sa maman pense d'abord à un simple caprice d'enfant mais plus les années passent, plus le désir s'intensifie. C'est pendant le confinement de mars que ses parents commencent à accepter: l'enfant se laisse pousser les cheveux, porte des robes et fait le tri dans ses anciennes affaires «de garçon». «Depuis que Stella peut se vêtir comme elle a envie, c'est la joie, confie Karine, déjà maman de deux enfants (...) c'est comme une deuxième naissance, je découvre ma fille comme je ne l'avais jamais vue avant».

«J’avais peur que maman me dise non»

Le jeune enfant craignait la réaction de ses parents face à son souhait de changer de sexe. «J’avais peur que maman me dise non. Du coup, je me suis dit: "Allez, il faut que je me lance, je vais y arriver." Parce que si elle disait non, je me serais dit: "Je vais rester jusqu’à la fin comme ça, en étant pas bien dans un corps de garçon"… ».

Depuis, ses proches et même ses camarades de classe se sont habitués à sa nouvelle identité. Mais le changement n'a pas encore été validé totalement au niveau administratif. À Noël, Stella a pourtant reçu une sacrée surprise: une lettre lui annonçant son changement officiel de prénom, une délivrance. «Ça m’a permis d’arrêter de me battre et de résister dans le corps d’un garçon, parce que je me sens mieux maintenant».

En France, seul un changement de prénom est possible pour un mineur. Pour devenir officiellement une fille au regard de l'état-civil, Stella devra attendre sa majorité.

(mm/L'essentiel)