Réforme des retraites

15 décembre 2019 13:49; Act: 16.12.2019 17:59 Print

Le ton monte au 11e jour de grève en France

La situation est toujours bloquée dans les transports ce dimanche en France. Une nouvelle mobilisation est annoncée pour mardi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le ton montait dimanche en France entre le gouvernement et les principaux détracteurs du projet de réforme des retraites, au onzième jour de grève massive dans les transports. Une nouvelle journée de manifestations est prévue mardi. Dimanche, la situation devait toujours être très perturbée dans les transports. Et le débat de fond sur les retraites apparaît parasité par la mise en cause de l'artisan de la réforme, le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye.

Jean-Paul Delevoye est fragilisé par des soupçons de conflits d'intérêts avec le monde des assurances privées, après des omissions dans sa «déclaration d'intérêts», un document que doivent déposer les membres du gouvernement auprès d'une autorité scrutant le patrimoine et les activités des personnages publics.

M. Delevoye a rectifié samedi ce document et déclaré 13 mandats d'administrateur ou de président, dont 11 bénévoles, dans divers organismes, selon le quotidien «Le Monde».

Il avait, ces derniers jours, été vivement critiqué pour avoir exercé deux mandats rémunérés plusieurs dizaines de milliers d'euros par an auprès du groupe de formation IGS et d'un think-tank sur les assurances. Il a plaidé l'erreur et promis de rembourser, la Constitution française interdisant de cumuler une fonction gouvernementale et une autre activité professionnelle.

Pas de trêve de Noël

Le «Monsieur Retraites» du gouvernement a reçu samedi le soutien du Premier ministre Édouard Philippe qui s'est dit convaincu de sa «bonne foi», éloignant l'incertitude qui planait sur une éventuelle démission.

De plus en plus inquiet de ne pas voir assez de trains circuler à Noël, le chef du gouvernement a sévèrement critiqué dimanche les grévistes, qui provoquent de très importantes perturbations dans les trains et dans les transports urbains.

«Noël, c'est un moment important. Il faudra que chacun prenne ses responsabilités. Je ne crois pas que les Français accepteraient que certains puissent les priver de ce moment», a-t-il déclaré au quotidien «Le Parisien».

Les cheminots grévistes ont déjà annoncé qu'ils n'envisageaient pas de «trêve» pour les fêtes de fin d'année. «Si le gouvernement veut que le conflit cesse avant les fêtes, il a toute la semaine prochaine pour prendre la décision de bon sens qui s'impose: le retrait de la réforme», a déclaré à l'AFP, samedi, Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat des employés de la compagnie ferroviaire SNCF.

«Âge d'équilibre»

Le premier syndicat français, la CFDT, qui affichait au début du conflit une position modérée, s'est joint mercredi à la mobilisation contre le projet gouvernemental après l'annonce de la mise en place d'un «âge d'équilibre» de départ à la retraite à 64 ans en dessous duquel on ne touchera pas sa pension pleine.

Actuellement, il faut avoir 62 ans lors de son départ pour espérer toucher une retraite à taux plein. «C'est très simple: pour que la CFDT porte un autre regard sur ce projet de loi, le gouvernement doit accepter de retirer l'âge d'équilibre. Un point, c'est tout», a déclaré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger au Journal du dimanche.

La position de la CFDT est cruciale. Le premier syndicat du pays est en effet le seul qui ne s'oppose pas au principal chapitre de la réforme, à savoir le remplacement des 42 régimes de retraite existants en France par un régime universel à points. Les autres organisations réclament l'abandon total du projet.

Le trafic restera très perturbé dimanche et lundi avec toujours un quart des trains à grande vitesse et un tiers des trains régionaux, ainsi que la quasi-totalité des lignes de métro fermées à Paris. Mardi, cheminots, étudiants, employés de la fonction publique, professions de santé, avocats, magistrats, enseignants sont attendus dans la rue pour une nouvelle journée de manifestations.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • DOUDOU le 15.12.2019 23:12 Report dénoncer ce commentaire

    Pension calculée sur les 6 derniers mois...ils reçoivent des augmentations de salaire comme cela leur retraite augmente beaucoup Ils partent à 52 ans pour les conducteurs 55 ans pour les autres cheminots. Ils ne paient pas le train ainsi que leur famille...sans compter tous les autres avantages...Non ils ne sont pas privilégiés ou si peu...Moi mon père est parti à 65 ans dans le BTP...A la sncf 150 000 employés et 300 000 retraités...9 milliards pour renflouer les caisses et payés par qui ; je vous laisse deviner..7 jours de grève en Allemagne, 21 jours au Royaume Uni, 113 jours en France..

  • Frantz le 15.12.2019 22:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @dimitri le beauf. Vivement l'uniformisation. D'abord parce que tout le monde doit faire un effort vu qu'on vit plus longtemps, qu'on a moins d'enfants et qu'on rentre plus tard dans la vie active, ensuite parce que votre travail est sûrement moins pénible que celui d'un ouvrier au 3-8, d'une infirmière, d'un agriculteur d'un chauffeur routier qui partiront à la retraite 10 ans plus tard que vous en touchant beaucoup moins.

  • fre le 15.12.2019 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui les maçons bossent jusque 65 ans et les cheminots 52 .... bel acte social

Les derniers commentaires

  • Luxo le 16.12.2019 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    En principe on peut même être d'accord avec la réforme .... mais pourquoi les politiciens eux touchent autant et ne font pas de sacrifice?

  • DOUDOU le 15.12.2019 23:12 Report dénoncer ce commentaire

    Pension calculée sur les 6 derniers mois...ils reçoivent des augmentations de salaire comme cela leur retraite augmente beaucoup Ils partent à 52 ans pour les conducteurs 55 ans pour les autres cheminots. Ils ne paient pas le train ainsi que leur famille...sans compter tous les autres avantages...Non ils ne sont pas privilégiés ou si peu...Moi mon père est parti à 65 ans dans le BTP...A la sncf 150 000 employés et 300 000 retraités...9 milliards pour renflouer les caisses et payés par qui ; je vous laisse deviner..7 jours de grève en Allemagne, 21 jours au Royaume Uni, 113 jours en France..

  • Frantz le 15.12.2019 22:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @dimitri le beauf. Vivement l'uniformisation. D'abord parce que tout le monde doit faire un effort vu qu'on vit plus longtemps, qu'on a moins d'enfants et qu'on rentre plus tard dans la vie active, ensuite parce que votre travail est sûrement moins pénible que celui d'un ouvrier au 3-8, d'une infirmière, d'un agriculteur d'un chauffeur routier qui partiront à la retraite 10 ans plus tard que vous en touchant beaucoup moins.

  • fre le 15.12.2019 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui les maçons bossent jusque 65 ans et les cheminots 52 .... bel acte social

  • Dimitri Lebeauf le 15.12.2019 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'en ai déjà marre de travailler je suis cheminot mais en grève car je veux partir à 52 ans c'est bien normal.