En France

17 avril 2019 18:08; Act: 18.04.2019 12:38 Print

Les 23 minutes qui ont pénalisé Notre-​​Dame

Entre la première et la deuxième alerte incendie dans la cathédrale, de longues minutes se sont écoulées. Un bug pourrait être à l'origine de cette perte de temps.

Sur ce sujet
Une faute?

Que s'est-il passé à l'intérieur de Notre-Dame de Paris? Pourquoi rien n'a-t-il été entrepris après le déclenchement de la première alarme? Qu'est-il advenu entre 18h20 et 18h43, soit entre la première et la deuxième alerte? Autant de questions auxquelles devront répondre les enquêteurs, en retraçant minute par minute le fil de ces événements tragiques.

Lundi, 18h15. L'office commence dans la cathédrale. Cinq minutes plus tard, les agents de sécurité découvrent un point rouge qui clignote sur leur écran de contrôle. Il indique qu'un détecteur anti-incendie a repéré une anomalie. Il est alors 18h20. Un employé se rend dans la zone indiquée, mais, d'après le procureur de Paris, ne remarque rien de particulier.

D'après la personne qui a fait installer le dispositif anti-incendie en 2010, le protocole à respecter dans ce genre de cas est très précis. «Le clergé a dit: s'il y a une alarme qui se déclenche sans raison, pas la peine d'affoler les fidèles qui sont dans la cathédrale. S'il y a une véritable alarme qui se déclenche, vous nous prévenez et on va dire au micro, calmement, qu'il faut sortir. Si l'alarme est enclenchée, le feu est avéré», explique Benjamin Mouton, ex-architecte en chef à Notre-Dame.

Or, il semble que des flammes aient bel et bien été découvertes, puisque ce fameux message d'évacuation a retenti dans l'édifice. Un foyer aurait été repéré dès 18h30, bien avant la seconde alerte donnée à 18h43. Selon Le Parisien, un bug informatique pourrait avoir induit en erreur les agents de sécurité, provoquant alors ces longues minutes de flottement: l'ordinateur de contrôle leur aurait indiqué un mauvais secteur. Ce n'est qu'en revenant de sa ronde que l'employé aurait découvert le feu, à la base de la flèche de la cathédrale. À ce moment-là, il était déjà trop tard pour éviter la catastrophe.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Securit le 17.04.2019 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ou une faute humaine ? Un mauvais adressage d'un détecteur. Jamais détecté puisque lors des contrôles annuels seule une portion des détecteurs est vérifiée.

  • wesh le 18.04.2019 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre tout ça

  • sécurité prévention incendie le 18.04.2019 09:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Travaillant dans le domaine, il est malheureusement courant de faire des erreurs de programmations. gros chantiers, deadline a respecter.... il y a plein d'explications. après c'est la qualité des tests lors de la réception qui font la différence. après c'est lors des contrôles de routine que l'on détecte les erreurs. se tromper entre 2 détecteurs proche dans la même zone... c'est courant. dans des zones complètement différente c'est par manque de rigueur et d'organisation.

Les derniers commentaires

  • sécurité prévention incendie le 18.04.2019 09:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Travaillant dans le domaine, il est malheureusement courant de faire des erreurs de programmations. gros chantiers, deadline a respecter.... il y a plein d'explications. après c'est la qualité des tests lors de la réception qui font la différence. après c'est lors des contrôles de routine que l'on détecte les erreurs. se tromper entre 2 détecteurs proche dans la même zone... c'est courant. dans des zones complètement différente c'est par manque de rigueur et d'organisation.

    • chatbleu54 le 18.04.2019 17:07 Report dénoncer ce commentaire

      se tromper entre deux detecteurs dans la même zone peut etre grave, la preuve, et c'est un manque de rigueur ! Je n'ai pas travaillé dans l'incendie mais comme electricien, et dans nos cablages il n'y avait pas d'erreurs ! Et si ça arrivait, ce n'était pas "courant", mais rare !

  • wesh le 18.04.2019 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre tout ça

  • Pressebyte le 17.04.2019 23:56 Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi. Les médias n'ont rien d'autre à faire que de chipoter pour vendre leurs histoires. C'est si important pour le pékin moyen de savoir qu'il y a eu une alerte quelques minutes plus tard ? Il faut arrêter de chercher des coupables ou inventer des histoires où il n'y en a pas. Notre-Dame a brûlé et va devoir être reconstruite. Le reste c'est des histoires d'oignons grillés.

  • Securit le 17.04.2019 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ou une faute humaine ? Un mauvais adressage d'un détecteur. Jamais détecté puisque lors des contrôles annuels seule une portion des détecteurs est vérifiée.

    • GO57 le 18.04.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

      Au pire si on sait pas, on peut aussi s'abstenir, c'est pas mal non plus...