Coronavirus en France

15 juillet 2020 13:57; Act: 15.07.2020 14:02 Print

«Les bureaux représentent 25% des clusters»

L'annonce de l'obligation du port de masque, dès le 1er août, réjouit ceux qui plaidaient pour cette mesure, mais ils réclament son application sans délai dans les bureaux.

storybild

«Le virus ne connaît en effet pas la subtilité des définitions administratives des lieux clos», estiment plusieurs médecins. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«Attendre quinze jours de plus, c'est trop», juge ainsi dans Le Parisien le psychiatre Antoine Pelissolo, auteur d'une tribune appelant au port du masque obligatoire dans les lieux clos, parue samedi dans ce quotidien. «On sait qu'à tout moment, il peut y avoir une résurgence de l'épidémie. Le temps perdu est délétère», estime-t-il.

Le président de la République a dit souhaiter «rendre obligatoire le masque dans tous les lieux publics clos à partir du 1er août», mardi, lors de l'interview du 14 juillet.

«Tout établissement clos recevant du public»

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a justifié ce délai par un nécessaire «travail de logistique». «D'où viennent les masques, comment s'assurer que les Français en disposent? Nous devons pouvoir répondre à ces questions, cela nécessite d'avoir quelques jours». Autre question: que recouvre l'expression de «lieux publics clos» utilisée par le chef de l’État, qu'est-ce qu'elle signifie?

À Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où cette mesure est en vigueur depuis lundi, la mesure concerne «tout établissement clos recevant du public, que son activité soit d'ordre administratif ou commercial» (commerces, mairie, services publics, parties communes des hôtels, etc.), a précisé la préfecture, dans un communiqué.

«Le virus est le même partout»

Mais pour les médecins signataires d'une seconde tribune, mise en ligne dimanche par Libération, il est «indispensable» que la mesure s'applique aussi «sur les lieux de travail».

«Le virus ne connaît en effet pas la subtilité des définitions administratives des lieux clos, il est le même partout», estiment-ils, dans une réaction transmise à l'AFP, soulignant que selon Santé publique France, «les locaux professionnels représentent 25% des clusters en cours d'investigation et près de 20% des clusters récents».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Grinch le 15.07.2020 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    Une réponse simple : le télétravail !

  • Mr Relou le 15.07.2020 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Pas nouveau, déjà en cas de gastro / grippe c'était le cas... Dans le cas du covid, c'est pareil. Avec les openspaces en mousse, la clim a la noix et le presentiel stupide, et bien on a des clusters ... juste parce que certains managers sont incapables de gérer des équipes a distances.

  • Ah bon le 15.07.2020 19:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je rêve de continuer en télétravail toute ma vie. Pourquoi les managers ne comprennent pas ?

Les derniers commentaires

  • PAEM le 16.07.2020 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous masques obligatoires dans tous les bureaux depuis la mi-mars. Et aucun cas, alors qu'on a un grand open space, et que tous les employés sont de retour au bureau depuis plus de 2 mois. Alors certes le masque toute la journée, c'est loin d'être idéal, mais on s'y fait.

  • Marie le 16.07.2020 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    Les gouvernements instillent la peur partout alors que nous vivons en permanence avec des virus et bactéries. C’est étrange cette année il n’y a eu aucune publication sur la mortalité due à la grippe saisonnière. On ne peut pas vivre en se surprotégeant ainsi uniquement parce que les pays ne pourront pas gérer leur système hospitalier. Ce virus fera beaucoup plus de ravages économiques mais là il ne faut pas en parler, on verra plus tard. Et d’autres virus vont faire leur apparition on va vivre comment? Masqués et confinés? Les enfants parqués dans des cases dans les cours de récréation?

  • Ah bon le 15.07.2020 19:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi, je rêve de continuer en télétravail toute ma vie. Pourquoi les managers ne comprennent pas ?

    • Bate de Baseball le 16.07.2020 10:54 Report dénoncer ce commentaire

      Les managers n'auront pas le choix, savez-vous, qu'ils le veuillent ou non, la deuxième vague est arrivée, ceux qui pourront télétravailler le feront de plein gré!! Il n'y aura plus de "oui mais.." D'ailleurs ces patrons qui ont dû appliquer le télétravail à leurs employés, ils leur doivent une fière chandelle, parce qu'un patron de banque pouvait assurer son activité via le télétravail, tandis qu'un patron de magasin, restaurant, coiffeur a dû fermer brutalement et toute son activité était à l'arrêt complet, ces secteurs ne peuvent tout simplement pas télétravailler.

  • Le Gronch le 15.07.2020 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    Donc 75 % de cluster hors du bureau : fini le télétravail, vous êtes plus en sécurité au bureau

  • Le Grinch le 15.07.2020 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    Une réponse simple : le télétravail !