Santé

25 juin 2019 16:37; Act: 25.06.2019 16:44 Print

Les enfants consomment trop de sucre

Une étude de l'agence sanitaire française montre notamment que 75% des petits âgés de 4 à 7 ans absorbent beaucoup trop de sucre.

storybild

Il n'y a pas que les bonbons, l'agence française recommande de limiter aussi les boissons sucrées, jus de fruits compris. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Gâteaux, biscuits, bonbons, sirop, sodas: les enfants dès 4 ans, et même avant, absorbent beaucoup trop de sucres, alerte l'agence sanitaire Anses, qui dévoile mardi de nouveaux repères alimentaires.

«75% des 4-7 ans, 60% des 8-12 ans et 25% des 13-17 ans» consomment trop de sucres. Ces apports excessifs sont «préoccupants» car c'est dans l'enfance et l'adolescence que s'acquièrent des bonnes ou mauvaises habitudes alimentaires qui risquent d'être conservées à l'âge adulte, et de favoriser l'obésité et le diabète.

Jus de fruits critiqués aussi

Mais «attention certains produits trop sucrés pris hors du rayon bébé sont donnés dès le plus jeune âge, avant 4 ans», avertit la professeure Irène Margaritis, cheffe de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition de l'agence sanitaire.

L'Anses recommande de limiter les boissons sucrées, jus de fruits compris, et les pâtisseries-biscuits-gâteaux, trop fréquents en particulier au goûter. Des produits laitiers natures, des fruits frais, à coque (noix, amandes...) et de l'eau peuvent les remplacer avantageusement.

Sucres naturels

Le fait maison permet de prendre conscience des quantités de sucre. Sinon, il convient de réduire les «sucres ajoutés» des produits industriels cachés dans les céréales du petit-déjeuner, les compotes et certains produits laitiers. Et méfiance: certains produits qui affichent «sans sucres ajoutés» contiennent en fait des ingrédients ajoutés naturellement sucrés - moût de raisin, extraits de jus de fruits concentré par exemple, et raisins secs - qui peuvent apporter au final plus de sucre qu'on ne l'imagine.

Nouveauté: la diversification alimentaire, étape de transition de l'alimentation lactée exclusive vers l'alimentation familiale se situe «entre 4 et 6 mois révolus», stipule l'Anses, dans son avis sur les «0 à 3 ans». Avant, elle était souvent recommandée à partir de 6 mois. Il s'agit d'introduire des aliments solides de type purée en variant les goûts et les textures.

Technologies à exclure

Une fois que la diversification a commencé, l'introduction «sans tarder» d'allergènes (substances pouvant entraîner une allergie) comme de l’œuf, de l'arachide (NDLR: dans une forme adaptée évidemment) et des produits laitiers «que l'enfant soit à risque d'allergie (du fait des antécédents dans sa famille) ou non» est à présent recommandé.

Les nouveaux aliments doivent être présentés plusieurs fois à l'enfant, au moins huit fois, avant d'abandonner en variant les goûts et les textures en bouche. Bon à savoir: la «période favorable» pour faire découvrir à l'enfant un maximum d'aliments est comprise entre 5 à 18-24 mois. Car à partir de deux ans se manifeste la «néophobie alimentaire»: l'enfant accepte moins certains aliments nouveaux, en rejette d'autres et même parfois ceux qu'il mangeait avant.

«Le comportement des parents joue un rôle très important sur le comportement alimentaire présent et futur de l'enfant», insiste Mme Margaritis. L'enfant observe ce que mangent les autres et les parents peuvent l'encourager à goûter sans forcer. Les sources de distraction qui détournent l'enfant de son assiette, comme la télévision, les portables ou les tablettes dans les mains des parents voire du tout-petit lui-même, sont à exclure, relève-t-elle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Big Pun le 25.06.2019 22:33 Report dénoncer ce commentaire

    Le sucre et partout ce qui explique une obésité élevée chez certains jeunes et moins jeunes.

Les derniers commentaires

  • Big Pun le 25.06.2019 22:33 Report dénoncer ce commentaire

    Le sucre et partout ce qui explique une obésité élevée chez certains jeunes et moins jeunes.