Meurtre de Samuel Paty

21 octobre 2020 12:32; Act: 21.10.2020 14:04 Print

Les parents doivent «foutre la paix aux profs»

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a apporté mercredi son soutien aux enseignants en soulignant que l'école, «ce n'est pas la démocratie participative».

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que les enseignants soulignent la difficulté de faire sereinement leur métier, après l'effroi provoqué par la décapitation d'un professeur, Richard Ferrand a jugé sur BFMTV et RMC que de manière générale, «depuis plusieurs décennies il y a des choses que sans doute collectivement nous avons eu tort de laisser changer». «Les parents devraient rester hors de l'école et foutre la paix aux profs», a-t-il jugé.

Déplorant «parfois un mélange des genres», il a rappelé que «les parents donnent l'éducation à leurs enfants mais ce sont les professeurs qui sont chargés de donner l'instruction: ils ne sont pas chargés de se substituer aux parents défaillants, pas plus que les parents n'ont à venir dire comment il faut enseigner». Il a ainsi appelé à «fermer toutes les trappes à contestation de l'action des professeurs», et à «redonner la pleine autorité aux enseignants», sans toutefois dire par quels moyens précis.

Port du voile

Interrogé par ailleurs sur le port du voile par les mères accompagnant des enfants en sortie scolaire, sujet récurrent de polémique, il a défendu leur droit à le porter et à encadrer ces sorties. «Sur la question de savoir si on peut être voilée quand on accompagne des enfants et si j'y suis défavorable, évidemment que non, parce qu'il ne faut pas tout mélanger», a-t-il estimé, en rappelant que si la loi interdit de se cacher le visage, «pour le reste la liberté de se vêtir est totale».

«Il est important qu'il y ait des mamans qui accompagnent les enfants sinon si vous retoquez des personnes parce qu'elles portent tel ou tel habit, vous les confinez dans leur logement pour l'éternité et vous empêchez la vie sociale». «On ne va pas tout proscrire, la liberté d'expression n'est pas que dans un sens», a-t-il insisté, en soulignant qu'«on a le droit de laisser les gens arriver dans cette tenue» et aussi en parallèle «le droit de dire je suis choqué».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • RègleSurLesDoigts le 21.10.2020 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne peux qu'applaudir Ferrand. Que les parents commencent par s'occuper de l'éducation, du savoir-vivre-ensemble dans leur foyer avant d'aller critiquer ailleurs. J'ai travaillé 2 ans dans l'éducation pour apercevoir à quel point les professeurs et la direction se trouvaient les mains liées devant la furie déplacée des parents et leurs enfants-rois. Il est temps de recadrer sérieusement notre société d'égocentriques qui part à la dérive!

  • hupa le 21.10.2020 13:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo !! Les parents éduquent et les profs instruisent ! Chacun son boulot et tout ira bien mieux

  • Grand Maître, le vrai, d'URSS/Russie le 21.10.2020 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Parfois il faut plus de respect, d'autorité, d'autoritarisme, sinon ça ne vas pas !

Les derniers commentaires

  • Trop facile de dire Je suis le 22.10.2020 00:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien beau de dire que c'est au prof d'instruire et aux parents d'éduquer. Mais c'est une utopie. Des profs qui font bien leur travail, vous en avez eu combien pendant votre scolarité? Moi, je peux dire que 50% de mes profs étaient entre mauvais et trèèèès mauvais. Même à l'université. Certains sont carrément des cas sociaux, des alcoolos, des dragueurs, et j'en passe. C'est aussi faire dans l'amalgame de faire de tous les profs des Saints parce qu'un bon prof s'est fait trucider par un con de tchétchène. Paix à son âme, il avait l'air bien. Mais halte à la récupération!

    • Ilssontbons le 22.10.2020 12:48 Report dénoncer ce commentaire

      La grosse majorité de mes profs, pendant toute ma scolarité, était super. Une toute petite minorité dépressive avec divers symptomes qui affectaient plus ou moins la qualité de leur enseignement.

  • JDCJDR le 21.10.2020 18:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut pas mettre tous les parents dans le même sac non plus...

  • marre le 21.10.2020 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour tout l or du monde je ne voudrais être prof ils n ont plus rien a dire plus le droit de donner une punition etc etc sinon.toute la famille s aménent pour les insulter et j en ai vu des choses incroyable j ai travaillé en femme de ménage pendant 20 ans dans les écoles je trouve ca grave si le respect ne vient pas des parents comment voulez vous que leurs enfants l apprennent

  • hypocrisie le 21.10.2020 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N‘importe quoi. Si j’étais persuadé de la compétence des enseignants mais c‘est tout le contraire. On les idéalise a tel point mais la pluspart c‘est des incompétents qui font ce travail que pour le nombre de vacances.

    • Sepp le 21.10.2020 20:08 Report dénoncer ce commentaire

      Etes-vous bien certain d'avoir toutes les compétences requises pour en juger ?

  • Rescapé EN le 21.10.2020 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    Effectivement : "chacun son métier.." (Florian). Mais Mr Ferrand aurait pu s'en apercevoir quand il était socialiste et alerter ses camarades (Jospin, Allègre, Lang, Royal, Vallaud-Belkacem, etc..! ). Le ministère de l'EN est le seul à se dispenser de la loi imposant à l'Etat la protection fonctionnelle de ses agents (#pas de vagues), les renvoyant à une assurance mutualiste.