Décès de «VGE»

03 décembre 2020 08:50; Act: 03.12.2020 09:52 Print

Les phrases et formules cultes de Giscard

L'ex-président français Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi, a été l'auteur de quelques formules et petites phrases qui ont marqué l'attention.

storybild

À la télévision, «VGE» adresse en 1981 un «message de départ» aux Français, qu'il conclut sur un sinistre «au revoir». (photo: Capture d'écran )

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi des suites du Covid-19, à l'âge de 94 ans, a été l'auteur de quelques formules et petites phrases qui sont entrées dans l'histoire de la vie politique française.

«Oui mais»

- 10 janvier 1967: Il définit sa position dans la majorité gaulliste par la formule «oui, mais». De Gaulle répond le lendemain: «On ne gouverne pas avec des mais».

- 17 août 1967: Critiquant «l'exercice solitaire du pouvoir» du général de Gaulle, il affirme que «l'autorité du président de la République ne doit trancher qu'après les délibérations nécessaires».

«Le monopole du cœur»

- 22 avril 1974: Se lançant dans la campagne présidentielle, il déclare: «J'ai dit que je voulais regarder la France au fond des yeux, mais je voudrais aussi atteindre son cœur».

- 10 mai 1974: Lors du débat télévisé de l'entre-deux tours, il interrompt son adversaire: «Vous n'avez pas, Monsieur Mitterrand, le monopole du cœur, vous ne l'avez pas».

- 1974-1981: Au cours de son septennat, il développe trois concepts: «La France doit être gouvernée au centre» avec le soutien de «deux Français sur trois» pour construire une «société libérale avancée».

- 27 jan 1978: «Je suis venu vous demander de faire le bon choix pour la France», lors des législatives de mars.

«Homme du passif», «au revoir»

- 5 mai 1981: Débat d'entre-deux tours. «M. Mitterrand, vous gérez le ministère de la parole depuis 1965 et moi je gérais la France». «Vous êtes l'homme du passé». À quoi le candidat socialiste réplique: «Et vous, l'homme du passif».

- 19 mai 1981: À la télévision, il adresse un «message de départ» aux Français, qu'il conclut sur un sinistre «au revoir», avant de se lever et de quitter le studio en direct devant la caméra qui filme son fauteuil vide.

- 17 décembre 1981: Après son échec à la présidentielle qu'il imputera pour partie à la «trahison» de Jacques Chirac: «J'ai jeté la rancune à la rivière».

«L'invasion»

- 11 juin 1991: «J'ai connu des chefs d’État qui mentent», mais «je ne crois pas avoir jamais dit une chose qui fut fausse».

- 21 septembre 1991: Au Figaro-Magazine: «Le type de problème auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l'immigration vers celui de l'invasion». Il recommande de «revenir à la conception traditionnelle de l'acquisition de la nationalité française: celle du droit du sang».

«L'immortalité, valeur refuge»

- 25 septembre 2001 : Persuadé que la candidature Chirac peut être handicapée par les affaires, il se dit prêt, peu gêné par ses 75 ans: «J'ai l'âge du Premier ministre chinois, l'homme le plus populaire dans son pays».

- 15 décembre 2004 : Reçu à l'Académie française à 78 ans: «À mon âge, l'immortalité est devenue une valeur refuge».

- 21 avril 2005: Le projet de Constitution européenne «est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit. Je le dis d'autant plus aisément que c'est moi qui l'ai rédigé». Il ajoutera: «C'est une bonne idée d'avoir choisi le référendum, à condition que la réponse soit oui».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • tuyau le 03.12.2020 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une pension présidentielle de moins.

  • Gillou le 03.12.2020 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    L'homme le plus intelligent que j'ai jamais vu.

  • tuyau le 03.12.2020 13:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dit jamais deux sans trois, qui sera le troisième.

Les derniers commentaires

  • tuyau le 03.12.2020 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une pension présidentielle de moins.

    • bienlotis CEUXLà le 03.12.2020 13:44 Report dénoncer ce commentaire

      oui tu as raison car L'ancien député de l'Aisne René Dosière, spécialiste des comptes publics avait calculé qu'en 2018, la dépense totale pour les collaborateurs et le loyer des trois ex-présidents (Hollande, Sarkozy, Giscard) se montait à 2 342 707 euros, auxquels s'ajoutent les frais de sécurité, pour un coût total de 3,8 millions d'euros pour 2018.

    • Luxo le 03.12.2020 18:00 Report dénoncer ce commentaire

      soit dix fois moins que ce qu'un pays de 300 000 nationaux donne pour son monarque et si on rapporte la somme au nombre d'habitants , c'est 1000 fois moins qu'au GDL. De plus il y a une énorme différence , ce Président à été élu par la majorité des Français.

  • tuyau le 03.12.2020 13:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dit jamais deux sans trois, qui sera le troisième.

  • Gillou le 03.12.2020 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    L'homme le plus intelligent que j'ai jamais vu.

    • TontonB le 03.12.2020 14:52 Report dénoncer ce commentaire

      Vous ne m'avez jamais rencontré ?

  • SPQR 753 le 03.12.2020 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Giscard qui? Il a joué au PSG ou à Marseille?

  • fred le 03.12.2020 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    pauvre destin du pull vert rouge qui n a pas était gracie. encore un innocent qui paye de sa vie