Affaire Grégory

27 novembre 2019 21:36; Act: 28.11.2019 10:12 Print

Les propos d'un ex-​​policier écœurent la famille

VOSGES - Dans un documentaire diffusé sur «Netflix», un ancien commissaire qui continue de soupçonner la mère du petit Grégory, insiste lourdement sur son physique avantageux.

Sur ce sujet
Une faute?

Trente-cinq ans après la mort du petit Grégory, les auteurs de ce crime abominable n'ont toujours pas été identifiés et l'affaire continue de fasciner loin à la ronde. Une série documentaire diffusée sur Netflix revient en détail sur ce fait divers hors normes, s'appuyant sur des images d'archives et de nombreux témoignages. L'un d'entre eux a consterné de nombreux internautes et choqué Christine et Jean-Marie Villemin, les parents de Grégory, écrit Le Parisien.

En charge de l'affaire à partir de février 1985, l'ancien commissaire Jacques Corazzi continue de soupçonner la mère de l'enfant. Dans le troisième épisode de la série, l'ex-policier met en avant le physique et la tenue vestimentaire de Christine Villemin, lors d'une audition: «Elle a une tenue, bon. Elle est en noir, d'accord. Mais elle a une tenue plaisante, disons. Elle a un pull extrêmement collant. Dans d'autres circonstances, on est presque là à lui faire la cour. Je me dis tiens, elle est presque agréable à regarder. Pour un homme, elle est pas mal, quoi».

Des propos «honteux et indignes»

Ensuite, Jacques Corazzi explique que selon lui, l'attitude de la jeune femme ne correspondait en rien à celle d'une maman en deuil: «Moi, j'aurais vu quelqu'un d'éplorée, pas coiffée, habillée de manière négligée, et c'est pas le cas», explique-t-il, ajoutant même qu'il trouvait Christine Villemin «excitante». Les propos de l'ex-commissaire ont ulcéré de très nombreux internautes.

Les parents de Grégory, écœurés, ont réagi par le biais de leur avocate. «Ils ont été choqués de ces propos tenus tant d'années plus tard. Comme si la justice dépendait d'une façon de s'habiller», confirme Me Marie-Christine Chastant-Morand, qui souligne par ailleurs que le documentaire «colle à la réalité». Selon Thierry Moser, également conseil des Villemin, ceux-ci ont trouvé les propos de l'ancien policier «honteux et indignes». L'homme de loi souligne toutefois que les parents ont été soulagés par la pluie de réactions outrées et de témoignages de soutien qui leur ont été adressés.

Soupçonnée à partir de 1985 d'avoir tué son fils, Christine Villemin a été blanchie par la justice en 1993. L'affaire a été émaillée de plusieurs rebondissements. Le 18 décembre prochain, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit décider si les déclarations faites par Murielle Bolle lors de sa garde à vue en 1984 seront maintenues au dossier. Adolescente au moment des faits, la quadragénaire est soupçonnée d'être impliquée dans l'enlèvement de l'enfant.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Père Spicace le 28.11.2019 14:36 Report dénoncer ce commentaire

    ... avec des investigations de ce niveau, on comprend mieux pourquoi l'enquête n'a jamais abouti...

  • Jul le 28.11.2019 06:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je pensai qu'il n'y avait que moi qui avait été choquée par les propos de ce policier mais je vois que je ne suis pas seule....en effet c'est scandaleux et honteux de la part d'un homme de loi/ de justice....

  • fab57 le 28.11.2019 06:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j' ai la série sur Netflix... effectivement je m étais fat la même réflexion...lourdingue le flic..

Les derniers commentaires

  • Truc le 28.11.2019 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Je vois pas ce qu'il y a de choquant il dit ce qu'il a pensait pas ce qu'il lui a dit ... et il parle de ca 35 ans plus tard.

    • Mecdu54 le 29.11.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

      Et bien relis bien ses propos!! il me semble en plus que la justice a définitivement innocenté cette mère de famille. Celà signifie apparemment qu'il remet en question une décision de justice.

  • Père Spicace le 28.11.2019 14:36 Report dénoncer ce commentaire

    ... avec des investigations de ce niveau, on comprend mieux pourquoi l'enquête n'a jamais abouti...

    • Mecdu54 le 29.11.2019 09:52 Report dénoncer ce commentaire

      A qui la faute? L'enquête a été bâclée et plusieurs juges se sont succédé et les enquêtes reprises à zéro. Et un seul témoignage crédible exposé à la presse, sans protection. Malgré la réouverture du dossier, les analyses ADN, le témoignage du cousin de Murielle Bolle, les rebondissements successifs, et bien jusqu'à présent officiellement on ne connaît pas la vérité. Qui sait, peut être un jour? Quelqu'un parlera t il?

  • Greg le 28.11.2019 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    Et malgré tout ca on ne saura probablement jamais la vérité.

    • Jeremy Pinewood le 28.11.2019 13:41 Report dénoncer ce commentaire

      La vérité est connue , mais certains ont tout gâché.

    • Mecdu54 le 29.11.2019 10:00 Report dénoncer ce commentaire

      Le seul "témoin" qui avait 15 ans à l'époque n'a jamais varié dans ses déclarations jusqu'à présent. Y compris lorsqu'elle a accordé des interviews ces dernières années. Et elle réfute le témoignage de son cousin qui a affirmé qu'elle avait subi une véritable correction de la part de sa famille le soir même lorqu'elle avait la première fois témoigné devant les gendarmes en septembre 1984 et donné le nom de son beau frère. Il est possible que les habitants de ce village savent mais aucun ne veut parler. Il y a sans doute une omerta dans cette histoire.

  • Luxo le 28.11.2019 10:10 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi un commissaire ne pourrait pas évoquer ce qu'il ressent lorsqu'il auditionne une personne?

    • Jesus L le 28.11.2019 13:43 Report dénoncer ce commentaire

      Parce que lorsqu'il est en activité il n'en a absolument pas le droit.

    • @ Luxo le 28.11.2019 14:27 Report dénoncer ce commentaire

      Visiblement vous ne connaissez pas la différence entre faire un compliment à une personne et la traiter comme un bout de viande. Avez-vous vu le reportage? Il revient à plusieurs reprises à la charge et d'une façon assez crue. Aussi il a toujours cru qu'elle était coupable du meurtre et l'a traité comme telle. Ce mec est abjecte.

  • Jul le 28.11.2019 06:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je pensai qu'il n'y avait que moi qui avait été choquée par les propos de ce policier mais je vois que je ne suis pas seule....en effet c'est scandaleux et honteux de la part d'un homme de loi/ de justice....

    • Mecdu54 le 29.11.2019 10:06 Report dénoncer ce commentaire

      Un policier, pas un homme de justice ou de loi. Il faut faire la différence. Les policiers travaillent avec et pour la justice mais ne sont pas des officiers ou des agents de justice. Les policiers, de part leur métier et rôle, exécutent les décisions de justice. Mais ne condamnent pas, ne jugent pas, n'ordonnent pas de supplément ou d'ouverture d'une procédure d'enquête judiciaire qui relèvent de la justice.