«Gilets jaunes»

28 janvier 2019 14:44; Act: 28.01.2019 15:40 Print

Macron rend hommage aux forces de l'ordre

Alors que certaines polémiques enflent en France, sur le comportement de certains policiers, le président a salué leur travail et qu'aucun décès ne leur était imputé.

storybild

Emmanuel Macron a réagi au mouvement depuis l'Égypte, où il effectue un déplacement. (photo: AFP/Ludovic Marin)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président Emmanuel Macron a déploré lundi que «11 personnes aient perdu la vie» depuis le début de la crise sociale des «gilets jaunes» en France, tout en soulignant qu'aucune n'avait été «victime des forces de l'ordre». «Je note qu'ils ont bien souvent perdu la vie en raison de la bêtise humaine mais qu'aucun d'entre eux n'a été la victime des forces de l'ordre», a déclaré le chef de l'État au cours d'une conférence avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, au Caire.

Depuis mi-novembre, des dizaines de milliers de manifestants protestent contre la politique sociale et fiscale du président Macron. Ces manifestations ont parfois été émaillées d'affrontements violents avec les forces de l'ordre. «Ce que la France vit depuis plusieurs semaines est inédit et je veux rendre hommage au professionnalisme des forces de l'ordre dans ce contexte», a ajouté Emmanuel Macron.

Pas d'amalgame

«En France, il est permis de s'exprimer librement. En France, on peut dire tout. Parfois, on dit beaucoup contre le pays lui-même, je le regrette», a indiqué M. Macron, ajoutant que c'était «la force de la démocratie». «Il y a, dans notre pays, une liberté qui est constitutionnellement garantie, qui est la liberté de manifester. Et nous entendons bien la protéger», a-t-il insisté.

Lors des manifestations des «gilets jaunes», qui n'ont «jamais été interdites, des individus, des casseurs, des extrémistes ont parfois commis le pire, des exactions consistant à saccager des commerces, des bâtiment publics, ou à mener des actes de violence à l'égard des forces de l'ordre ou d'autres personnes», a-t-il ajouté. «D'une manière légitime, ils ont été interpellés. Pas interpellés parce qu'ils disaient quelque chose. Interpellés parce qu'ils cassaient, parce qu'ils détruisaient». Enfin, le président français a fait la distinction entre les différents manifestants: «Je ne voudrais pas que soit confondus ici ou mélangés ces casseurs professionnels, qui seront punis comme le prévoit la loi, avec des concitoyens français qui manifestaient leur mécontentement comme ils ont droit de le faire».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jaimepas le 28.01.2019 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Ah il est fier de sa stasi

  • La mouette le 28.01.2019 18:49 Report dénoncer ce commentaire

    C est marrant, quand c est la police contre la cité il est du côté de la cité. Là il est du côté de la Police.

  • libre penseur le 28.01.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    10500 vous avez tout dit , Macron élu avec 18% des votants le reste c'était du contre lepen . il y aurait combien si on re votait ? 5 à 10 %

Les derniers commentaires

  • Le pacifique éclairé le 29.01.2019 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’ai bien peur qu’en France qu’il ne reste plus que la violence pour se faire entendre. Même cela ne fonctionne plus alors quoi faire?

  • La mouette le 28.01.2019 18:49 Report dénoncer ce commentaire

    C est marrant, quand c est la police contre la cité il est du côté de la cité. Là il est du côté de la Police.

  • libre penseur le 28.01.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    10500 vous avez tout dit , Macron élu avec 18% des votants le reste c'était du contre lepen . il y aurait combien si on re votait ? 5 à 10 %

  • libre penseur le 28.01.2019 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment pouvez manifester pour la démocratie ,quand votre maître ne la respecte pas ! dans quelle monde de Bisounours vivez vous ? faut où être très riche où être très aveugle pour soutenir Macron !

  • Galileo le 28.01.2019 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    J'étais à Paris ce dimanche 27.01 pour la marche des Foulards Rouges (soutien à la démocratie et à Macron): 10.500 personnes. Résulat: 0 violence = 0 flashball utilisé par les forces de l'ordre, et 0 blessé. Les GJ devraient méditer et arrêter leur violence. Les blessés sont de leur fait...

    • Lestrollsrusses le 28.01.2019 18:37 Report dénoncer ce commentaire

      Nous on était avec les gilets jaunes qui sont toujours bien critiqués pour rien il me semble

    • Padacor le 28.01.2019 19:13 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison, 0 Flash-Ball, 0 casseur, et ça vous semble pas bizarre...? Moi je serai vous je me poserai des questions sur ces absences qui arrange si bien le gouvernement

    • GJ57 le 29.01.2019 00:06 Report dénoncer ce commentaire

      Cela prouve que les casseurs sont invités par les élites, la preuve, lors de la première manifestation du 17 novembre, le matin à 10h00 on entendait aux infos que la préfecture avait annoncé que 200 casseurs devaient venir rejoindre la manifestation, hors la police n'a rien fait pour les arrêter, elle les a laissé faire sans intervenir. C'est sûr que pour votre pseudo manif de dimanche ils se sont bien gardé de faire venir leur casseurs habituel pour montrer que vous étiez les gentils et les GJ les méchants, mais croyez moi, le peuple n'est pas dupe. Et ce n'est pas 10500 mais 2000 personnes.

    • Rocco le 29.01.2019 11:43 Report dénoncer ce commentaire

      @Galileo, oui c'est probablement parce que la police n'avait pas dépéché ses "brigades spéciales en civil", vous savez, celles qu'on voit parfaitement sur video entrainer des casseurs et puis rentrer derrière les files de la police! Mais pour le savoir il ne faut pas se cantonner à télé-bisounours, de temps en temps il faut aussi visiter -mon Dieu!- des sites d'information alternatifs. Là je vous rassure, on n'est pas obligé de croire à ce qui y est dit, il y a encore des espaces de liberté, quand même...