France

07 juillet 2020 13:57; Act: 07.07.2020 14:10 Print

«Malheur! Ah non!» Bachelot jurait ne jamais revenir

À maintes reprises ces dernières années, l’ancienne députée a martelé qu’elle ne reviendrait jamais en politique. Là voilà ministre de la Culture.

Sur ce sujet
Une faute?

C’est l’une des surprises du remaniement ministériel du gouvernement Macron: Roselyne Bachelot est de retour. Ministre de l’Écologie sous Jacques Chirac, l’ancienne députée avait été ministre de la Santé puis des Solidarités et de la Cohésion sociale sous Nicolas Sarkozy. Elle a répondu favorablement à l’appel d’Emmanuel Macron et succède à Frank Riester au ministère de la Culture.

Rien ne laissait présager un tel «come-back». Car ces dernières années, Roselyne Bachelot s’était résolument éloignée des affres du pouvoir en embrassant une carrière d’animatrice et chroniqueuse à la télévision et la radio. Régulièrement interrogée sur ses envies de retour à la vie politique, la septuagénaire avait toujours balayé cette éventualité, rappelle BFM TV.

«J’aime trop la culture pour en devenir la ministre»

En 2013 à la télé suisse, Roselyne Bachelot tenait des propos qui prennent aujourd'hui une teinte ironique: «J’aime trop la culture pour en devenir la ministre», avait-elle assuré.

Trois ans plus tard, face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC, elle se disait «beaucoup trop vieille» (elle a 73 ans) pour reprendre une activité ministérielle. «J’ai fait mon temps dans la vie politique active», assurait-elle. Quelques mois plus tard dans «Le Grand Journal» sur Canal +, l’ancienne députée enfonçait le clou: «La politique est une drogue et les gens pensent que je suis gravement intoxiquée et que si on me faisait une proposition je l’accepterai… Et non», affirmait-elle.

En 2017, Bachelot confiait dans un entretien au Huffington Post qu’un retour en politique était «totalement inconcevable». «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Il faut pas. Il faut que les choses soient irrémédiables sinon elles n’ont pas de noblesse», estimait-elle. La même année, elle assurait à Laurent Ruquier dans «On n’est pas couché» qu’elle ne reviendrait jamais.

En mai dernier, dans les «Grosses Têtes» où elle était chroniqueuse, Roselyne Bachelot répondait aux taquineries de ses collègues quant à un éventuel retour au gouvernement: «Mon Dieu! Malheur! Ah ben non! Attendez mais c’est un cauchemar!» avait-elle rétorqué.

(L'essentiel/joc)