France

08 mars 2021 11:34; Act: 08.03.2021 11:35 Print

McDonald's accusé de discrimination sexiste

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, des salariés ont dénoncé une discrimination sexiste «systémique» au sein de l’enseigne.

storybild

L'enseigne de restauration rapide fait face à des accusations. (photo: AFP/Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Un collectif de salariés et anciens salariés de McDonald’s a dénoncé une politique de discrimination sexiste «systémique» au sein de l’enseigne de restauration rapide en France, selon un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

«Nous, salariés et anciens salariés de McDonald’s, souhaitons vous alerter sur les discriminations systémiques pratiquées au sein de notre entreprise», affirme le collectif McDroits dans un courrier à la Défenseure des droits, qui veille au respect des droits et libertés en France.

164 témoignages

«Nous pensons qu’il ne s’agit pas de comportements isolés, mais du résultat d’une culture d’entreprise nocive», poursuit le collectif, qui est soutenu par les syndicats CGT, SUD Solidaires et le réseau militant ReAct, dans ce courrier transmis le 24 février.

McDroits y a joint 164 témoignages directs de harcèlements sexuels et de discriminations sexistes reçus depuis un an, selon sa porte-parole Mathilde Simon, qui dénonce l’inaction de l’enseigne américaine. «Chez McDonald’s, les questions de harcèlement et de discrimination sont anciennes et généralisées» et ces faits «se déroulent dans le plus grand silence des responsables et dans un mépris constant des victimes», poursuit McDroits.

«Aucun comportement inapproprié»

«L’enseigne travaille au renforcement permanent des mesures en place, en collaborant avec l’ensemble des experts et des parties prenantes, car aucun comportement inapproprié n’a sa place dans les restaurants McDonald’s», a réagi la direction de la chaîne de restauration rapide.

Celle-ci indique avoir décidé il y a plusieurs mois de renforcer son action sur ces enjeux et assure que dans les prochaines semaines, l’ensemble de ses encadrants auront suivi un module de formation obligatoire sur ces questions. Un numéro de soutien psychologique est également en cours de déploiement. Enfin, la marque rappelle avoir pris «32 mesures disciplinaires» depuis 2019 après des faits avérés et assure que pour «82% des équipières», leurs managers agissent correctement à leur égard.

Selon le collectif, 25 nouvelles plaintes, portant le total à 50 depuis 2016, ont pourtant été déposées pour des accusations similaires en 2020. McDroits rappelle également qu’une coalition internationale de syndicats a annoncé avoir porté plainte devant l’OCDE pour des faits soit-disant équivalents.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • @@@ le 08.03.2021 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    82% des employées considèrent que leurs supérieurs agit correctement à leur égard ??? et ils en sont fiers ? Si on retourne la statistique 18 employées sur 100 considèrent que leur supérieur n'agit pas correctement a leur égard. C'est énorme !!!

  • et le 08.03.2021 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et sur les 18 il faut voir combien il y en a qui sont réellement des victimes....

  • TontonB le 08.03.2021 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je propose qu'on remplace le M du logo de l'enseigne par un F

Les derniers commentaires

  • et le 08.03.2021 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et sur les 18 il faut voir combien il y en a qui sont réellement des victimes....

    • €t donc... le 08.03.2021 17:05 Report dénoncer ce commentaire

      Il faut surtout se demander combien de victimes n'ont pas osé se plaindre (à rajouter aux 18 %).

  • TontonB le 08.03.2021 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je propose qu'on remplace le M du logo de l'enseigne par un F

  • @@@ le 08.03.2021 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    82% des employées considèrent que leurs supérieurs agit correctement à leur égard ??? et ils en sont fiers ? Si on retourne la statistique 18 employées sur 100 considèrent que leur supérieur n'agit pas correctement a leur égard. C'est énorme !!!

    • Sandro le 08.03.2021 17:19 Report dénoncer ce commentaire

      Correct ou non, toujours une question de point de vue. Oh combien se voient en victime pour la simple raison que le patron leur dit de travailler pour l'argent qu'ils gagnent.

    • jeryhall le 08.03.2021 20:56 Report dénoncer ce commentaire

      Vous n'avez jamais été manager vous, c'est clair, car pour avoir 82% de popularité parmi ses employés, il faut se lever tôt, coyez-moi.