En France

28 mai 2020 16:07; Act: 28.05.2020 16:20 Print

Menacés de renvoi pour avoir ôté leur visière

Deux contrôleurs de Saint-Etienne, qui avaient retiré leur visière de protection, à cause de la buée qui s'est formée, sont menacés de licenciement.

storybild

Les contrôleurs stéphanois doivent porter une visière de protection et un masque. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux contrôleurs de la Société des transports en commun de l'agglomération stéphanoise (STAS), qui avaient retiré leur visière de protection, obligatoire en plus de leur masque, sont menacés de licenciement, a-t-on appris jeudi de source syndicale et auprès de la direction.

«Les deux agents sont en mise à pied conservatoire, sans salaire, depuis la date des faits, le 14 mai», selon la section syndicale CGT de cette filiale du groupe Transdev.

«Répression syndicale»

Selon la CGT, ces quinquagénaires «avaient dû retirer leur visière à cause de la buée importante qui s'était formée sur leurs lunettes de vue». «Lors du conseil de discipline qui s'est tenu vendredi dernier, deux des trois cadres qui y participaient ont demandé le licenciement de nos collègues», a déclaré à l’AFP, Vincent Delorme, représentant CGT de l'entreprise.

«On cherche à se débarrasser de deux fortes têtes en s’appuyant sur des propos mal interprétés», a-t-il affirmé. Les deux employés mis en cause appartiennent à la CGT. «Notre entreprise reconnaît que la buée pose problème, en comité social et économique nous en avons longuement discuté. Pour nous, il s'agit de répression syndicale et nous ne pouvons pas laisser faire», écrit la CGT STAS, dans un communiqué.

Un premier refus

Contactée par l’AFP, la direction de la STAS considère, quant à elle, que «la procédure disciplinaire en cours pouvant conduire au licenciement de deux vérificateurs résulte d'une accumulation de faits sur plusieurs jours, constituant une obstination manifeste à refuser d'appliquer les mesures de sécurité».

Le 9 mai, «un des agents mis en cause avait mis délibérément à la poubelle une vingtaine de guides de reprise d’activité élaboré avec les instances représentatives du personnel et le médecin du travail», selon Ludovic Jourdain, directeur général de la STAS.

Deux jours plus tard, «les deux hommes avaient déjà refusé de porter leur visière lors d’une opération de distribution de masques aux usagers».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rabat Joie le 28.05.2020 17:49 Report dénoncer ce commentaire

    Encore des salariés (syndiqués) contre-productifs, anti-règles, anti-patrons, anti-tout… Vous seriez les premiers à porter plainte si vous aviez des contrôleurs comme eux dans vos bus. Il y a des règles minimales à respecter dans le contexte actuel. Ils ne les ont pas respecté. C'est bon pour l'exemple!

  • Jean II le 28.05.2020 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chez les opticiens il y a des produits anti buée .

  • Grand Maître le 28.05.2020 19:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre..bientôt les politiques vont nous qu'il n'y a plus de virus !!

Les derniers commentaires

  • pep le 29.05.2020 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je soutiens le licenciement de ces personnes dès que tous les responsables qui ont obligé ces mêmes personnes à travailler sans protection durant des semaines sont licenciés également

  • madiou le 29.05.2020 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a un fait flagrant de désobéissance, les règles de sécurité sont pourtant claires. Et est-ce une raison que ça tourne à la faute du patronnât? Petit rappel pour les commentaires des haineux du patronnât, un patron c’est aussi un particulier qui a investit ses économies dans un projet d’entreprise, une entreprise ne travaillera pas pour pour un rendement en dessous ou égale à zéro sinon ça s’appelle une faillite et jeter de ses économies par la fenêtre. Le patronnât n’aura jamais de mérite dans une société française, ça n’encourage pas l’investissement en France car les entreprises passe plus leur temps à régler ce genre de désobéissance. Perte de temps et d’argent.

    • Ainsi va la Vie le 29.05.2020 11:39 Report dénoncer ce commentaire

      J'ai presque envie de pleurer, en tout cas mes félicitations, votre préformatage mental c'est bien déroulé. Continuez à bosser dur pour le kapital-bonheur... pour la vie en ehpad c'est plus tard

  • CORO le 28.05.2020 21:28 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ne mettent pas les protections et après ils vont porter plainte contre l'employeur en cas de contamination....

  • Jean II le 28.05.2020 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chez les opticiens il y a des produits anti buée .

  • Grand Maître le 28.05.2020 19:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre..bientôt les politiques vont nous qu'il n'y a plus de virus !!