Affaire Estelle Mouzin

07 décembre 2021 16:42; Act: 07.12.2021 16:49 Print

Monique Olivier confrontée à des codétenues

L'ex-épouse du tueur Michel Fourniret va revoir mardi certaines des femmes à qui elle aurait avoué en 2018 des détails sur les meurtres de son ancien mari.

storybild

Monique Olivier purge une mesure de sûreté de 28 ans à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) pour complicité dans quatre des meurtres de «l’ogre des Ardennes». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Monique Olivier, l’ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret, doit être confrontée mardi après-midi à plusieurs de ses anciennes codétenues à qui elle s’était confiée sur l’assassinat d’Estelle Mouzin, en 2003, a indiqué à l’AFP son avocat, Me Richard Delgenes.

«Essayer de déterminer un lieu»

Celle qui est désormais la seule à pouvoir aider à résoudre les énigmes laissées par son ex-mari, décédé en mai à l’âge de 79 ans, est une nouvelle fois entendue depuis lundi au Tribunal judiciaire de Paris par la juge d’instruction Sabine Khéris.

La magistrate est chargée des investigations sur la mort d’Estelle Mouzin, 9 ans, disparue de Guermantes (Seine-et-Marne) le soir du 9 janvier 2003. Quelques mois avant que son état de santé ne se dégrade, Michel Fourniret avait reconnu auprès de la juge son rôle dans cette affaire.

En avril dernier, Monique Olivier avait fini par avouer avoir accompagné son ex-mari le 11 janvier 2003 dans un bois des Ardennes pour qu’il enfouisse le corps.

Depuis juin 2020, Mme Khéris y a organisé huit campagnes de fouilles pour tenter, en présence parfois de l’ex-épouse du tueur en série, de retrouver le corps de la fillette, sans succès. Le but de ces nouvelles auditions et confrontations est «d’essayer de déterminer un lieu» où se trouverait le corps, a déclaré Me Delgenes.

Investigations relancées en 2018

En 2018, cinq détenues de la prison de Rennes (Ille-et-Vilaine), qui disaient avoir entendu Monique Olivier se confier sur les agissements de son ex-époux, avaient été auditionnées par les enquêteurs. Mme Olivier pourrait par ailleurs être interrogée mercredi par la juge sur la disparition de Lydie Logé, 29 ans, en 1993 dans l’Orne, selon Me Delgenes.

Alors que deux enquêtes, de 1994 à 1998 puis de 2004 à 2009, avaient abouti à des non-lieux, les investigations ont été relancées en 2018 après des rapprochements établis entre les traces ADN issues de composés organiques trouvés dans la camionnette de Michel Fourniret et l’ADN de la mère de Lydie Logé.

Monique Olivier purge une mesure de sûreté de 28 ans à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) pour complicité dans quatre des meurtres de «l’ogre des Ardennes». Elle est par ailleurs mise en examen, également pour complicité, dans les disparitions de Lydie Logé et Estelle Mouzin, mais aussi de Marie-Angèle Domece à 19 ans (1988) et Joanna Parrish à 20 ans (1990).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kaustic le 08.12.2021 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    pentothal !

  • Jean de la Fontaine le 08.12.2021 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'important est qu'elle reste en prison.

Les derniers commentaires

  • Jean de la Fontaine le 08.12.2021 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'important est qu'elle reste en prison.

  • Kaustic le 08.12.2021 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    pentothal !