Contre le

28 septembre 2020 10:09; Act: 28.09.2020 10:50 Print

#MusicToo: elles veulent en finir avec le sexisme

Les affaires concernant Moha La Squale et Roméo Elvis ont mis en lumière des problématiques et une vague #MeToo pourrait bien déferler sur la filière musicale.

Sur ce sujet
Une faute?

#MusicToo, apparu au cours de l'été sur Instagram, est la plateforme qui fait le plus parler. Ce collectif anonyme, assisté d'«avocates», recueille, via un formulaire, les récits de victimes ou témoins de violences sexistes et sexuelles jusqu'au 30 septembre pour «commencer à dessiner des profils et rassembler des plaintes».

Le but est que «la peur change de camp». Les statistiques font froid dans le dos: «31% des femmes travaillant dans le secteur musical (artistes ou professionnelles) disent avoir été victimes, au moins une fois, de harcèlement sexuel», selon une étude de 2019 de la Cura (Collectif pour la santé des artistes et des professionnels de la musique) et de la Gam (Guilde des artistes de la musique).

«Change de Disque»

L'existence de #MusicToo a pris en septembre un autre relief avec les affaires d'agressions sexuelles - sans que la plateforme n'ait eu un rôle à jouer - concernant Moha La Squale (visé par une enquête ouverte après plusieurs plaintes), Roméo Elvis (qui s'est excusé sur les réseaux sociaux après des accusations sur Internet) et Chloé Briot, cantatrice qui a porté plainte.

La page Instagram de «Balance Ta Major», cible elle les méfaits dans les grosses maisons de disques et publie directement des témoignages, anonymes. D'autres plateformes vont plus loin, à l'instar de DIVA -«Informations et ressources sur le sexisme et les violences sexuelles dans l'industrie de la musique» - et Change de Disque - «Nous luttons contre les problèmes structurels (rémunération, progression de carrière) & les violences sexistes et sexuelles systémiques dans la musique». Les deux sont liées.

«Les agresseurs à leur tour ne dorment pas très bien»

«Nous avons créé une association loi 1901 pour être la passerelle entre les tonnes de collectifs qui existent et pour s'attaquer à un problème systémique», expose Emily Gonneau (Change de Disque). Elle avait dévoilé sur les réseaux il y a quelques années avoir été agressée sexuellement et dissuadée par sa direction de l'époque de porter plainte.

«Avec #MusicToo - je ne suis pas derrière cette plateforme -, les agresseurs à leur tour ne dorment pas très bien, ça fait bouger les choses, mais il faut aller au-delà, poursuit-elle. Si on s'attaque seulement à quelques cas, c'est comme les têtes d'une hydre, ça va repousser».

Écarts de rémunération

À ses yeux, «les violences sexistes sont corrélées à des écarts de rémunération: c'est un problème de fond». «Les agressions sexuelles sont des abus de pouvoir, il faut donc des contre-pouvoirs, il faut passer par le système pour que le système change, il faut aller au structurel», assène-t-elle.

Une donnée illustre l'ampleur de la tache: seuls 14% des postes de direction dans les labels sont occupés par des femmes, selon une étude en 2019 de l'Irma (centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles). C'est un travail à la racine, que mène par exemple Aurélie Hannedouche, du Sma (Syndicat des musiques actuelles). «Il faut inciter les femmes à ne pas s'auto-censurer. Certaines me disent: "Tu me vois à la tête d'une salle? J'ai les gamins à garder le soir"... Mais, ton mari peut les garder aussi, non?», rapporte-t-elle. Le dispositif Wah!, mentorat de et pour les femmes, a d'ailleurs été lancé face à ce constat dans les musiques actuelles.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Blurredlines le 28.09.2020 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Et c'est reparti...

Les derniers commentaires

  • Blurredlines le 28.09.2020 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Et c'est reparti...