En France

27 août 2019 10:16; Act: 27.08.2019 11:21 Print

Lelandais aurait avoué le viol de la petite Maëlys

Selon «Le Parisien», l'ex-militaire a confié à son voisin de cellule avoir violé puis frappé Maëlys, qui a été enlevée puis tuée. Mais l'intéressé a démenti.

storybild

Ce témoignage potentiellement explosif sera pris très au sérieux par les juges. Il faut dire que l'instruction entre dans sa dernière ligne droite: elle devrait être terminée cet automne.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux ans après la mort de la petite Maëlys, enlevée puis tuée lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Savoie), de nouveaux éléments font leur apparition. Le Parisien révèle en effet qu'à la fin de l'année dernière, un codétenu de Nordahl Lelandais a fait des révélations à l'administration pénitentiaire. Cet homme, qui partageait la cellule de l'ex-militaire depuis six mois, affirme que celui-ci lui a décrit en détail ce qu'il a fait subir à la fillette de 9 ans.

Selon le quotidien français, qui cite des sources concordantes, Nordahl Lelandais a confié à son camarade de cellule avoir violé Maëlys avant de la frapper à mort pour l'empêcher de se débattre. Au fil de ces conversations, le trentenaire aurait par ailleurs avoué à son codétenu avoir tué le caporal Arthur Noyer parce que le jeune homme lui avait refusé une faveur sexuelle. «Je ne pouvais pas garder ça pour moi. C'était important ce qu'il m'a dit», a expliqué le prisonnier, se gardant de toutes motivations cachées.

La peine la plus lourde du Code pénal

Ce témoignage potentiellement explosif sera pris très au sérieux par les juges. Il faut dire que l'instruction entre dans sa dernière ligne droite: elle devrait être terminée cet automne. La question d'un éventuel viol subi par la petite Maëlys est d'une importance cruciale d'un point de vue juridique. Si Nordahl Lelandais est renvoyé aux assises pour meurtre d'une mineure de moins de 15 ans précédé d'un viol, l'individu de 36 ans risque la perpétuité assortie d'une période de sûreté illimitée. C'est la peine la plus lourde du Code pénal en France.

Le corps de la fillette n'ayant été découvert que six mois après sa disparition, les experts n'ont pu déterminer si la victime avait été violée ou non. De nouveaux éléments apparus dans les mois qui ont suivi semblent cependant confirmer les penchants pédophiles du meurtrier présumé, mis en examen pour les agressions sexuelles de deux de ses petites-cousines âgées de 4 et 6 ans. Lors de son dernier interrogatoire en mai dernier, Nordahl Lelandais avait cependant nié s'en être sexuellement pris à Maëlys.

«J'ai honte. Ce sont des choses à ne pas faire»

De son côté, l'ex-militaire a démenti les propos de son codétenu mais admis des penchants pédophiles. «J'ai honte. Ce sont des choses à ne pas faire. J'étais toujours sous l'influence de l'alcool et de la drogue», avait-il confié aux juges. Les recherches des enquêteurs ont révélé que Nordahl Lelandais était un consommateur quotidien d'images pédopornographiques. Le matin et le lendemain de la disparition de Maëlys, le trentenaire s'est rendu sur des sites pédophiles.

Dans un rapport rendu en avril 2019, des experts psychiatres ont écrit: «La dangerosité criminologique de Nordahl Lelandais est extrêmement importante du fait de la dimension perverse de sa personnalité.» Une conclusion qui a fait réagir l'avocate des deux petites-cousines sexuellement agressées par l'ex-militaire: Me Caroline Rémond se demande en effet si l'individu n'a pas agressé d'autres enfants avant 2017. C'est «un prédateur sexuel et sans son arrestation, il aurait probablement continué à agir en toute impunité».

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peace & Love le 27.08.2019 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ses actes restent d'un gravité sans nom. Cet homme était certainement malade et dépendant de produits dangereux, mais cela ne justifie pas le mal qu'il a fait. Si on souffre, consulter un médecin est le seul comportement digne et responsable. Pauvre petite !

  • Gromper le 27.08.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    pauvre petite et pauvre famille....cela ne doit pas les apaiser bien au contraire

  • Realiste le 27.08.2019 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il essaye encore de minimiser et de se trouver des excuses au lieu d'assumer à présent. J'espere qu'il aura encore plus que ce qu'il mérite deja

Les derniers commentaires

  • Gromper le 27.08.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    pauvre petite et pauvre famille....cela ne doit pas les apaiser bien au contraire

  • Heuuuuu nuque le 27.08.2019 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    Déjà qu on commence par le castrer, il y a des méthodes dites humaines. Car son problème vient de la. Et quoi qu il en soit il n y aura pas de justice. Même si il passe sa vie en prison qu est ce que cela va changer pour ses victimes ? Absolument rien. On veut protéger d autres victimes donc il n y a pas 50 solutions non plus...

  • Realiste le 27.08.2019 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il essaye encore de minimiser et de se trouver des excuses au lieu d'assumer à présent. J'espere qu'il aura encore plus que ce qu'il mérite deja

    • PasNouveau le 27.08.2019 16:50 Report dénoncer ce commentaire

      c'est une tactique de défense classique, vu que le doute profite à l'accusé les avocats pénalistes recommandent à leurs clients de limiter leurs déclarations au minimum, de parler sans rien dire et d'avoir des trous de mémoire bien placés. Mais visiblement ce personnage à besoin de ce vanter...

  • Peace & Love le 27.08.2019 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ses actes restent d'un gravité sans nom. Cet homme était certainement malade et dépendant de produits dangereux, mais cela ne justifie pas le mal qu'il a fait. Si on souffre, consulter un médecin est le seul comportement digne et responsable. Pauvre petite !

  • Mitigé le 27.08.2019 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un temoignage certes important mais cela n'aura que très peu de valeur -> c'est la parole de ce détenu contre la parole de l'accusé. Le mieux est qu'il passe sa vie en prison mais je doute que ce nouvel élément va permettre de prouver avec certitude le viol de la pauvre petite fille.