Paris

19 août 2019 15:30; Act: 19.08.2019 15:41 Print

«Notre-​​Dame n'est pas sauvée, on perd du temps»

Mis en suspens en raison de taux de concentration importants de plomb, les travaux ont repris lundi matin sur la cathédrale. Et l'avenir de l'édifice reste incertain.

Sur ce sujet
Une faute?

Une cinquantaine d'ouvriers ont repris lundi les travaux de sécurisation de Notre-Dame de Paris qui étaient interrompus depuis le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb. «Les travaux ont repris à 8h ce lundi avec une cinquantaine d'ouvriers maximum», a indiqué le ministère de la Culture contacté par l'AFP. Le préfet de la région Ile-de-France, Michel Cadot, a donné son feu vert à leur reprise après une visite sur le chantier.

«Les nouveaux moyens de décontamination installés permettent la montée en charge du chantier tout en assurant la santé des travailleurs», a affirmé le préfet à l'issue de sa visite. Des dispositifs drastiques (pédiluves, douches, tenues jetables, stricts protocoles d'entrée et de sortie du site...) ont été mis en place. «Les tourniquets (pour entrer et sortir du chantier à l'aide de badges) seront installés dans la semaine», a précisé le ministère de la Culture.

Unité de décontamination mise en place

Le passage sur le chantier se fait par une entrée unique. Les personnes pénétrant dans le chantier doivent obligatoirement passer par une unité de décontamination. Toute personne pénétrant dans le chantier doit se déshabiller entièrement et se rhabiller avec des vêtements jetables et non plus porter une simple combinaison étanche comme c'était le cas avant le 25 juillet. Ces nouvelles mesures doivent garantir la sécurité du personnel travaillant dans l'édifice et empêcher la dispersion de poussières de plomb hors du chantier, hermétiquement bouclé.

Les travaux de consolidation consistent à placer des cintres sous les arcs-boutants, installer des plafonds provisoires au-dessous et au-dessus de la voûte (pour pouvoir la contrôler et en dégager les gravats), démonter l'échafaudage édifié autour de la flèche qui a été soudé par le feu. Tout cela en évitant toute chute de pierres ou tout déséquilibre qui abîmerait la structure gothique. À l'issue de la phase complexe et longue de consolidation, les premiers travaux de restauration ne débuteront pas avant le premier semestre 2020.

«Les arcs-boutants, on ne les a pas encore stabilisés»

Il reste à définir la nature des travaux de restauration, les matériaux, les sociétés retenues, la reconstruction ou non de la flèche à l'identique et le concours d'architectes qui doit le déterminer, la construction d'une cathédrale éphémère sur le parvis pour les fidèles et les touristes, etc... Mercredi, le ministère de la Culture avait jugé d'une «impérieuse nécessité» la réouverture du chantier en mettant en avant un risque potentiel d'effondrement de l'édifice.

L'entreprise Pierrenoel, spécialisée dans la taille de pierre et la maçonnerie, sera sur place avec sept salariés. Et son patron, Didier Durand, ne cache pas son impatience: «Là où je commence à bouillir, c'est que Notre-Dame de Paris n'est pas sauvée! Les arcs-boutants, on ne les a pas encore stabilisés, et surtout, il faut que les 250 tonnes d'échafaudages puissent être retirés. Et là, on perd beaucoup de temps», explique-t-il à Franceinfo.

Le ministère de la Culture indique pour sa part que «de nouvelles chutes de pierre des voûtes de la nef se sont très récemment produites suite à l'épisode de canicule».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Francky le 19.08.2019 15:56 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dingue comment un ministère déroge aux règles élementaires de sécurité aux détriments de ceux qui travaillent et de l'environnement autour (ecoles,...) pour faire plaisir à un homme politique qui veut une réparation à la va vite d'ici 5 ans. Alors que tous disent que ça va prendre au moins 20 ans.

  • santé ou pas le 19.08.2019 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    Quant on voit ce que les multinationales nous font manger .... Je ne crois plus en ces mesures: c'est uniquement pour gonfler le portefeuille de certains ...

  • GusSim le 19.08.2019 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    On ne sauvera pas Notre-Dame. Même si elles prétendent le contraire, les autorités françaises n'en ont aucunement l'intention. Le batiment finira par s'effondrer.

Les derniers commentaires

  • Alain le 19.08.2019 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a d'autres urgences, vraiment humanitaires, dont nous devons nous occuper avant de restaurer un symbole religieux.

  • GusSim le 19.08.2019 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    On ne sauvera pas Notre-Dame. Même si elles prétendent le contraire, les autorités françaises n'en ont aucunement l'intention. Le batiment finira par s'effondrer.

  • santé ou pas le 19.08.2019 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    Quant on voit ce que les multinationales nous font manger .... Je ne crois plus en ces mesures: c'est uniquement pour gonfler le portefeuille de certains ...

  • Francky le 19.08.2019 15:56 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dingue comment un ministère déroge aux règles élementaires de sécurité aux détriments de ceux qui travaillent et de l'environnement autour (ecoles,...) pour faire plaisir à un homme politique qui veut une réparation à la va vite d'ici 5 ans. Alors que tous disent que ça va prendre au moins 20 ans.