Coronavirus en France

25 octobre 2020 20:01; Act: 26.10.2020 11:16 Print

«Pas de distanciation, vous quittez l'endroit!»

La police française a obligé des personnes à quitter un café, à Paris, prétextant un non-respect des règles sanitaires. Filmée, l’opération a été vivement critiquée...

Sur ce sujet
Une faute?

La scène filmée par la caméra du journaliste freelance Clément Lanot a beaucoup fait parler sur les réseaux sociaux et suscité l'indignation des personnes qui militent contre les nouvelles mesures prises pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus. On y voit un policier sommer des personnes attablées sur la terrasse d'un café, à Paris, de «quitter l'endroit».

«Vous n'avez pas de masque, les distanciations sociales ne sont pas respectées», répète plusieurs fois l'agent à des clients qui semblent sur les images respecter les règles en matière de gestes barrières. En France, le masque est obligatoire dans les établissements lorsque les personnes se déplacent, mais pas lorsqu'elles sont assises à table. «Je ne suis pas obligé, je peux boire assis», répond un client.

«Les consommateurs étaient parfaitement dans les clous»

Si la totalité des personnes concernées obtempèrent aux ordres du policier, la tension est tout de même montée d'un cran. «Totalitarisme!», a crié une des clientes, alors que certains ont dû partir sans avoir pu payer leur consommation.

D'après une source policière rapportée par Libération, l'intervention de police visait à disperser des manifestants antimasques qui en auraient profité pour se réfugier à cette terrasse, après une protestation. Reste que l'opération est illégale selon un avocat contacté par nos confrères français: «Pour moi, les consommateurs étaient parfaitement dans les clous (...) Un attroupement peut être dispersé en cas de risque de trouble à l’ordre public. Là, les gens sont sagement assis à leur table».

(th/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Regardez la vidéo le 25.10.2020 21:25 Report dénoncer ce commentaire

    L'avocat qui parle dans l'article ferait bien de regarder la vidéo avant de parler, les gens sont attablés les uns à côté les autres et sans masque pour beaucoup. Donc non ils ne sont pas "dans les clous".

  • noah le 26.10.2020 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    je vous rassure tout de suite, la police ne va pas dans les quartiers "sensibles" où c'est la fête toute la nuit

  • un dernier pour la route le 25.10.2020 22:41 Report dénoncer ce commentaire

    Le témoignage d'un avocat qui n'était même pas sur place pour ajouter de l'huile sur le feux basé sur une courte vidéo qui n'est certainement pas parti pris. Je suis curieux de compter le nombre de verre et de comparer aux nombres de personnes....C'est quoi l’intérêt des flics de faire partir les gens? Y en a qui ne savent pas se ternir, il faut le verre en terrasse c'est une obligation vitale. Les hôpitaux de Paris sont surchargé déjà. On commence le tri à Lion et on déplace des malades du coté de Lille.Je ne sais pas ou on va mais on y va mais le petit verre était important

Les derniers commentaires

  • iabelle le 26.10.2020 20:43 Report dénoncer ce commentaire

    Je vais essayé çà demain matin à mon travail , de partir en prétextant le non port du masque , le non nettoyage et la non distanciation , c'est possible ??

  • TopsyKrett le 26.10.2020 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est bien connu les Parisiens respectent les règles, n’est-ce pas?

    • @TopsyKrett le 27.10.2020 10:37 Report dénoncer ce commentaire

      A peu près autant que les Luxembourgeois.

  • Igé Pé le 26.10.2020 15:48 Report dénoncer ce commentaire

    Filmer et/ou photographier les RIO (numéro d'identification obligatoire) puis déposer plaintes auprès de l'inspection générale... Filmer et photographier l'action fonctionne aussi à Luxembourg, et ne vous laissez surtout pas intimider par un fonctionnaire car ils savent très bien que les filmer est autorisé.

    • Wouahhh le 26.10.2020 17:22 Report dénoncer ce commentaire

      que je rêve du bon vieux temps lors ce qu'on pouvait encore règler beaucoup d'incivités à coups de matraque

  • TontonB le 26.10.2020 15:44 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la gestapo. Pas d'autres comparaison possible.

    • @TontonB le 27.10.2020 10:39 Report dénoncer ce commentaire

      Ouvrez un bouquin d'histoire. Ces gens sont repartis vivants, et sur leurs deux jambes et avec toutes leur dents et tous leurs ongles. Ce qui n'etait pas frequent après un interrogatoire de la Gestapo.

  • noah le 26.10.2020 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    je vous rassure tout de suite, la police ne va pas dans les quartiers "sensibles" où c'est la fête toute la nuit