Reconstitution en France

21 mars 2019 10:08; Act: 21.03.2019 11:19 Print

«Pendez-​​le!», crient des habitants à Lelandais

La reconstitution de l'assassinat d'Arthur Noyer s'est tenue dans la nuit de mercredi à jeudi. Le principal suspect, Nordhal Lelandais, maintient la thèse de l'accident.

Sur ce sujet
Une faute?

L'opération lancée jeudi dans la nuit aura duré sept heures. Tous les acteurs de l'affaire Arthur Noyer se sont réunis dans les environs de Chambéry (Savoie) pour procéder à la reconstitution de l'assassinat du caporal de 24 ans. Les juges d'instruction ont décidé d’œuvrer dans les mêmes horaires que lors de la nuit qui a coûté la vie au jeune homme. Nordahl Lelandais s'est montré coopératif, mais il maintient sa version d'une mort «accidentelle», survenue après une bagarre entre lui et sa victime le 12 avril 2017.

La reconstitution a commencé à Chambéry, sur le giratoire où l'ex-militaire dit avoir pris Arthur Noyer en stop, explique «Le Parisien». L'Audi A3 du suspect avait également été amenée sur place. Bien que dissimulée derrière des draps blancs, la scène n'a pas échappé à des habitants venus guetter par leur fenêtre. Nordahl Lelandais a reçu plusieurs insultes comme «Assassin!», «Salopard», «Pendez-le!» ou «Tu dors bien la nuit?».

Le convoi s'est ensuite dirigé vers Saint-Badolph, un village situé à 6 kilomètres de Chambéry, où la voiture de l'assassin présumé avait été filmée une dernière fois et où les téléphones des deux hommes ont borné en même temps. Là, le suspect a répété que le caporal était mort d'une chute après une bagarre. La nuit s'est poursuivie sur le col de Marocaz, où les restes d'Arthur Noyer avaient été retrouvés en janvier 2018.

Puis un autre endroit, tenu secret, était inspecté et l'opération s'est terminée à 9h et d'après BFM TV, aucun élément nouveau n'a, pour l'heure, pu être découvert.

(L'essentiel/joc)