En France

25 octobre 2019 14:36; Act: 25.10.2019 14:40 Print

Perpétuité requise pour avoir tué sa collègue de travail

L'avocat général a requis, vendredi, la réclusion criminelle à perpétuité, contre Sophie Masala, jugée à Toulouse pour le meurtre de sa collègue.

storybild

Elle est coupable d'une «atteinte à la dignité, y compris après la mort». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Une forme de barbarie à visage humain»: l'avocat général a requis vendredi la réclusion criminelle à perpétuité contre Sophie Masala jugée à Toulouse pour le meurtre de sa collègue de bureau qu'elle a découpée en morceaux. «Je vous demande de la condamner à la réclusion criminelle à perpétuité» pour ce «meurtre aggravé par la cruauté», «un meurtre de sang-froid: tuer, dépecer, désosser, noyer», a déclaré David Sénat dans son réquisitoire au dernier jour du procès devant la cour d'assises de la Haute-Garonne de cette mère de famille de 55 ans.

Le représentant de l'accusation a estimé que l’homicide était aggravé par la vulnérabilité de la victime, Maryline Planche, 52 ans, ce qui permet d’alourdir la peine maximale pour un meurtre sans préméditation, qui est de 30 ans. «L’état de vulnérabilité doit être retenu. Maryline Planche, une femme digne, était quelqu’un de fragile, un état de quasi cécité d’un œil et une grave difficulté auditive, ce qui conduit à une fragilisation dans la vie de tous les jours».

«Esprit dérangé»

«Phobie sociale, timidité maladive, qui la maintenait dans un équilibre de dépression ou de sub-dépression, et au moment des faits, Maryline Planche est en arrêt maladie car elle vient de subir une opération chirurgicale», insiste David Sénat.

L’accusation a décrit Sophie Masala comme un «esprit dérangé», animée par «une jalousie morbide et enfin mortelle». «On a peine à croire que la victime ait pu susciter la violence, poursuit-il. Elle avait ce que Sophie Masala n’avait jamais pu avoir: autonomie et indépendance, une vie maîtrisée».

Traumatismes

Elle est dans une «transgression permanente, sans aucune barrière morale», et elle est coupable d'une «atteinte à la dignité, y compris après la mort», envers une «victime innocente qu'elle a poursuivie sans relâche», assène l'avocat général.

Pour Me Axelle Chorier, avocate de Sophie Masala, les traumatismes pendant l’enfance, l’absence d’amour de la part de sa mère, le suicide de son père alors qu’elle a 10 ans, les agressions sexuelles du grand-père, les amants de sa mère qui défilent dans l’appartement, sont à l’origine de profonds déséquilibres. «Un anéantissement de son identité, que peut-on faire quand on a fondamentalement envie de fuir?».

«Comme un monstre»

«Elle est coupable, pourquoi exagérer la peine. Je vous demande une peine juste. Vous n’êtes pas là pour réprimander, mais pour sanctionner», plaide-t-elle. Jeudi lors de son interrogatoire, la meurtrière avait dit se sentir «comme un monstre».

Sophie Masala est jugée pour avoir tué sa collègue, en mai 2016 dans le centre de Toulouse, avant de la découper en morceaux et de jeter ses membres dans le Canal du Midi. La tête avait été enterrée dans un jardin près de son appartement. Le deuxième avocat de la défense devait plaider vendredi que Sophie Masala est responsable de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le verdict est attendu vendredi en fin de journée.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fred le 25.10.2019 19:03 Report dénoncer ce commentaire

    Cela m'étonnerais que l'on condamne cette femme à la perpétuité si elle prend 20 ans en France ce serait exemplaire.

  • Rose le 25.10.2019 22:09 Report dénoncer ce commentaire

    La vérité, c'est qu'elle a 55 ans. Si on la condamne à 20 ans, elle sortira à 75 ans ou un peu plus tôt. Si on la condamné à 30 ans, elle moura probablement en prison. Et je ne sais pas ce qui est le "mieux", ni dans quel état elle sera à cet âge. Et le tribunal ne tiendra probablement pas compte de ces éléments. Y penser suffit pour ma part à éteindre la colère que je ressens en lisant l'article. Et son histoire personnelle aussi.

Les derniers commentaires

  • Rose le 25.10.2019 22:09 Report dénoncer ce commentaire

    La vérité, c'est qu'elle a 55 ans. Si on la condamne à 20 ans, elle sortira à 75 ans ou un peu plus tôt. Si on la condamné à 30 ans, elle moura probablement en prison. Et je ne sais pas ce qui est le "mieux", ni dans quel état elle sera à cet âge. Et le tribunal ne tiendra probablement pas compte de ces éléments. Y penser suffit pour ma part à éteindre la colère que je ressens en lisant l'article. Et son histoire personnelle aussi.

  • Fred le 25.10.2019 19:03 Report dénoncer ce commentaire

    Cela m'étonnerais que l'on condamne cette femme à la perpétuité si elle prend 20 ans en France ce serait exemplaire.