En France

07 décembre 2018 08:40; Act: 07.12.2018 14:06 Print

Polémique après l'interpellation de lycéens

L'interpellation collective de lycéens français, forcés à se mettre à genoux les mains derrière la tête, a choqué les internautes, jeudi.

Sur ce sujet
Une faute?

Les mains entravées ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines de lycéens ont été interpellés, jeudi à Mantes-la-Jolie, le plus jeune ayant 12 ans seulement. Les ados ont été rassemblés dans le jardin d'un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération. Au total, 146 personnes ont été interpellées devant un lycée de la ville après des heurts et dégradations dans cette commune des Yvelines.

Les images ont suscité de vives réactions. «Il faut dire les choses posément mais fermement: ce qui s'est passé avec les lycéens de Mantes-la-Jolie - ces scènes dont il existe de nombreuses photos et vidéos - est simplement intolérable», a dénoncé sur Twitter l'ancienne ministre du Logement, Cécile Duflot. L'avocat pénaliste au barreau de Paris, Martin Mechin, a parlé de «honte» et d'«infamie indélébile». «Christophe Castaner, vous êtes responsable», a-t-il tweeté.

«Voilà une classe qui se tient sage», commente un homme sur une des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

«Scandale sans nom»

Le syndicaliste de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) Michel Vincent, a pour sa part écrit: «Quand Blanquer nous promet l'école de la confiance, Castaner met en place celle de l'humiliation! Le scandale est sans nom! Parents réagissons cela suffit!».

«Ces images sont impressionnantes mais aucun jeune n'a été blessé, ni maltraité, nous n'avons enregistré aucune plainte», a affirmé le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, cité par Le Monde.

«Participation à un attroupement armé»

Le ministère de l'Intérieur a tenté d'expliquer la situation: «37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène». Et d'ajouter: «L'interpellation d'un nombre aussi important d'individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires». Certains interpellés ont déjà été conduits dans des commissariats du département pour être fixés sur leur sort et savoir si des poursuites sont engagées à leur encontre, selon une source policière.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police, a constaté une journaliste de l'AFP. Les interpellés sont soupçonnés de «participation à un attroupement armé», a détaillé le commissaire Arnaud Verhille.

Sur une autre vidéo, tournée par l'AFP, on peut apercevoir la même scène.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marley le 07.12.2018 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne suis nullement choqué ! La plupart des lycéens ne savent même pas pourquoi ils font grève !!! Ils jouent avec la police et les pauvres se retrouvent à genou main derrière la tête !!! Qu ils aillent en cours plutôt pour essayer de relever le niveau scolaire de la France qui a tant baissé

  • Choqué le 07.12.2018 09:10 Report dénoncer ce commentaire

    Polémique après l'arrestation et que des politiciens n'approuve pas, vous me faites doucement rigolé, c'est lycéens n'ont pas de respect de rien, ils font brûlé des voitures, insulte les policiers, et puis quoi encore ils faut les félicité pour ce qu'ils ont fait?

  • homosapiens le 07.12.2018 09:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de mon temps on manifestait aussi mais dans le respect des biens d autrui...sans insulter,sans bruler,sans casser... les parents de ces lycéens sont ou ?

Les derniers commentaires

  • raisonvero le 07.12.2018 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'éducation et le respect, c'est une chose que lès jeunes d'aujoudhui n'on pas, c'est de faute sûrement? ???? je suis d'accord pour pouvoir étudier mais,?pas pour devenir des voyous ????

  • francine le 07.12.2018 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    choquer ah bon!! , POURQUOI !!!!quand les jeune cassent sans raison et agresse des vieux et des policiers!! c'est pas choquant?

  • léon le 07.12.2018 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Et alors, qui connait Mantes la Jolie, connait sa faune. A Vénissieux, des "lycéens" ont aspergé le proviseur et le cpe d'essence. A Noisy le Sec, ce sont les dealers qui ont chassé les lycéens car ça nuisait à leurs commerces.

  • bingo le 07.12.2018 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils crament des bagnoles, en plein ville. Alors oui, on est dans une sorte de début de guerre civile qu’il faut vite enrayer avant qu’elle ne tue ! Ce sont des gamins je vous rappelle, imaginez vous la violence déjà exprimée ?

  • fantômas le 07.12.2018 17:00 Report dénoncer ce commentaire

    on ne vas quand même pas les plaindre!!!ils brûlent des voitures,caillassent la police et ils faudrait pleurer sur leurs sorts.