Violences policières

03 décembre 2020 16:12; Act: 03.12.2020 16:30 Print

Pour Darmanin, les sportifs ont «la dignité sélective»

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'en est pris mercredi à la «dignité sélective» des sportifs qui ont dénoncé l'agression par des policiers du producteur noir, Michel Zecler.

storybild

Gérald Darmanin a critiqué les positions des footballeurs français.

Sur ce sujet
Une faute?

«Oui, je trouve que certains ont la dignité sélective», a rétorqué sur RTL le ministre, interrogé sur les prises de position de sportifs de premier plan, dont Antoine Griezmann et Kylian Mbappé.

«On peut aussi être particulièrement blessé à ce que représente notre pays, le drapeau français, la France de manière générale, lorsqu'on voit qu'une commissaire de police, désormais, doit avoir une attelle en fer à la place de son bras parce qu'elle prend un pavé (...). Qu'un major de 50 ans, vous avez vu les images, a été roué de coups à terre et qu'autour de lui, plutôt que de lui porter secours, on prend son téléphone et on filme», a répondu Gérald Darmanin, en référence à des agents blessés lors d'affrontements en marge d'une manifestation à Paris, le 28 novembre.

«Stop au racisme»

Griezmann avait tweeté «J'ai mal à ma France», accompagné de la vidéo du média Loopsider montrant l'agression brutale du producteur de musique par des policiers, dans un studio du XVIIe arrondissement de Paris.

Mbappé avait lui dénoncé «une vidéo insoutenable» et «des violences inadmissibles», ajoutant «Stop au racisme», en pleine polémique sur la proposition de loi «sécurité globale» cristallisée autour de son article 24, qui prévoit entre autres de pénaliser la diffusion malveillante d'images d'agents des forces de l'ordre.

D'autres footballeurs comme Samuel Umtiti, Benjamin Mendy ou Wendie Renard s'en étaient également indignés, comme les basketteurs Rudy Gobert et Evan Fournier. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté le 28 novembre, contre la proposition de loi, amenant le gouvernement à promettre une réécriture du controversé article 24.

(L'essentiel/afp)